alias_5Il sera donc dit qu'une série épuisée ne peut pas se régénérer aussi facilement, et cette dernière - et globalement lamentable - saison de "Alias" laissera tous les fans de Sydney Bristow et ses imbroglios familiaux consternés : se pensant contraints à multiplier les personnages, les intrigues et les coups de théâtre pour maintenir l'attention d'un public évanescent, les scénaristes ont littéralement perdu le peu de contrôle qu'ils avaient encore de leur intrigue, comme de l'univers déjà peu crédible de la série. Il est cette fois impossible d'accorder le moindre crédit, voire même, et c'est plus ennuyeux, intérêt à cet enchainement de péripéties aussi grotesques que téléphonées : entre l'éternel retour de personnages que l'on croyait morts, la résurrection pitoyable du mystère Rambaldi, par ailleurs abandonné au fil du récit lors des deux derniers épisodes particulièrement faibles, et l'absence dramatique de conviction de la plupart des acteurs, visiblement au bout du rouleau, on a touché le fond... Dommage !