26 août 2007

"Hairspray 2007" : 20 ans de régression cinématographique

Je me souviens encore avoir hurlé à la trahison en 1987 devant le "Hairspray" très mainstream d'un John Waters rentré dans le rang : il restait pourtant dans le film assez de mauvais goût et de méchanceté pour notre plaisir. 20 ans après, Broadway et Hollywood sont passés sur le corps de Waters, qui fait l'exhibitionniste sur le trottoir au début de cette version riche en graisses et en sucres : la révolte anti-conformiste est devenue nostalgie des sixties - les blancs n'étaient donc pas si méchants que cela - et éloge... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 21:14 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

22 août 2007

"La Fille Coupée en Deux" de Claude Chabrol

Sans doute "le Chabrol" le plus encensé par la critique depuis des lustres ("Merci pour le Chocolat" ?), "La Fille Coupée en Deux" ravit et déçoit à la fois. Ravit, parce que Chabrol est toujours un monstre d'intelligence en termes de mise en scène - toutes les leçons du grand classicisme Hollywoodien ont été apprises et modernisées, au point que l'on verrait bien Hitchcock filmer comme cela aujourd'hui - et de direction d'acteurs, le tout produisant une émotion d'une belle subtilité. Déçoit, parce que... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 15:49 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
21 août 2007

The Coral : Love on the Mersey

Saviez-vous que Liverpool était désormais jumelée avec San Francisco, que le Golden Gate enjambait The Mersey, que Love et les Beatles avaient copulé une nuit de pleine lune sur le sable du Texas, que la country music pouvait renaître au sein des brumes oubliées de Echo and the Bunnymen ? Ecouter "Roots & Echoes" de The Coral permet de réaliser que rien n'empêche des musiciens talentueux de combler tous les fossés que nous avons creusés entre les pays et les genres, et donc de brouiller toutes nos certitudes. Cette... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 18:25 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
20 août 2007

Mika Mika Mika Mika Mika Mika Mika Mika

Flamboyant jusqu’au ridicule, gai jusqu’au délire, pop jusqu’à l’écoeurement, le jeune Mika en ravira autant qu’il en irritera. Mais comme la musique devrait être avant tout affaire de plaisir, pourquoi refuser cette overdose de crème chantilly, ce concentré hautement calorique de Scissor Sisters + Freddy Mercury + Sparks + Michael Jackson, cette fantaisie décadente et haute en couleurs, comme en émotions érectiles ? Mika n’a certes pas inventé cette “musique de bandes dessinées”, mais il en a redéfini le style – appelons-le « ligne... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 17:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
19 août 2007

"Planète Terreur" de Robert Rodriguez

Par rapport à son jumeau Grindhouse, "Boulevard de la Mort", "Planète Terreur" a l'indiscutable avantage de ne pas être autre chose que ce qu'il prétend, soit le délire potache de deux fans de série Z, mettant au service de leur doux (... enfin pas trop !) délire les moyens du cinéma US grand public. Sur un scénario stéréotypé mais gangrené par des scènes d'une cruauté démente - parfois insoutenables -, Rodriguez fait ce qu'il sait le mieux faire : organiser un délire continu - et plein... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 09:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
18 août 2007

Les Messagers à Beaubourg

Moi, je crois bien qu'Annette Messager va mal dans sa tête : à force de décapiter des petits animaux et de remplacer leurs têtes par celles de peluches, "d'éduquer" (au sens anglais, bien sûr) des pensionnats entiers de pinsons épinglés sur des tables de torture, de faire respirer des organes sexuels et autres - de couleurs pastel - étalés sur le sol, de faire déferler vers les spectateurs hébétés une vague de sang (vision étonnante que celle de ce public comme petrifié dans l'obscurité, ne sachant plus sortir de la salle... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 11:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 août 2007

"Ratatouille" de Brad Bird

Si la forte personnalité de Brad Bird est de nouveau visible dans ce "Ratatouille" qu'il a "récupéré et sauvé", parait-il, l'entraînant loin des concepts ludiques chers à Lasseter, si quelque chose de Disney commence à contaminer l'univers Pixar (disons la certitude que le futur appartient aux audacieux, et que la famille est tout), "Ratatouille" reste un absolu enchantement, un pur instrument de bonheur comme le cinéma moderne en fabrique de moins en moins. Grâce de l'animation, enterrant une fois de... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 09:49 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
16 août 2007

Séance de rattrapage - Le Prix à Payer

A partir de son "claim" agressif et vaguement ordurier ("pas de cul, pas de fric"), "le Prix à Payer" démarre sur un ton de mysogynie féroce, avant d'inclure dans sa haine le couple tout entier, et même toutes les classes sociales tant qu'on y est. Sa mesquinerie et son abjection - comment séparer le film, au ras des pâquerettes, de son sujet, la mort du couple ? - font son intérêt, dans une accumulation de méchancetés sans issue. Mais, comme il n'y a ici que bien peu de talent - hormis chez les acteurs... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 10:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 août 2007

Séance de rattrapage - Love (et ses petits désastres)

Brittany Murphy est drôle et sexy, mais il est loin d'être sûr qu'elle puisse prétendre à être la Audrey Hepburn de notre époque. Accompagner une illustration de la vie londonienne moderne - art contemporain et mode branchée - d'ambiance jazz et comédie musicale 50's relève d'un douloureux contre-sens, alors que Lily Allen (par exemple), seulement citée dans une scène, aurait apporté un peu de cette "vérité" qui fait cruellement défaut ici (les Argentins buvant de la caipirinha, allons donc !). Bref, rajouter un second degré... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 10:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 août 2007

"Hard Revolution" de George P. Pelecanos : pas révolutionaire, mais dur et beau !

Je considère George Pelecanos comme l'un des nouveaux classiques du polar, et voici plusieurs années que ces portraits de plus en plus violents d'une Amérique déchirée par ses différences raciales et culturelles (les immigrés Grecs et la communauté noire constituant tour à tour les deux principaux sujets de ses romans) m'émeuvent et me font vibrer. Avec son dernier roman, Pelecanos franchit encore une étape vers ce qui constitue le coeur de son oeuvre, et s'éloigne du pur policier - ici aucune énigme, et guère de suspense, tant la... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 09:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,