Brasserie_LorraineAutant que vous le sachiez tout de suite, quand j'ai envie d'huîtres, je n'hésite pas, je vais à la Brasserie DAB Porte Maillot : c'est très cher, mais c'est très bon, et je crois n'avoir JAMAIS été déçu par le plateau de fruits de mer là-bas. Mais bon, c'était la fin de l'année, bientôt le temps des bonnes résolutions, il nous a pris une idée de changement, et nous nous sommes retrouvés à la Brasserie La Lorraine, Place des Ternes, une autre institution... dans la quelle je n'étais pas entré depuis plus de 20 ans (la dernière fois, j'avais beaucoup ri, j'avais fait manger des huîtres pour la première fois de sa vie à un collègue anglais, et j'avais eu droit à de profondes interrogations métaphysiques de sa part sur un thème qui perturbe beaucoup nos amis anglo-saxons, faut-il mâcher ou non une huître ?).

En 20 ans, cette Brasserie traditionnelle avait eu le temps de devenir très jolie, très classe, et la grande terrasse lumineuse en cette belle journée d'hiver était absolument parfaite, je dois dire. Evidemment, il y a avait bien un habitué - le Parisien typique, celui qu'il vaut mieux avoir en journal, vous savez... - qui râlait parce qu'on l'avait placé sur la terrasse de gauche plutôt que celle de droite (à vue d'oeil, aucune différence pour un béotien comme moi, mais je ne suis sans doute pas au fait des rituels parisiens ! A moins qu'il ne s'agisse là d'une déclinaison de ses opinions politiques !).

lorhuitrLe maître d'h. était lui aussi impeccable, avec le genre d'humour que l'on aime bien associer avec l'esprit "brasserie", et le service a été tout du long du déjeuner agréable, sauf lorsqu'un serveur a trébuché et nous a déversé la glace pilée de son plateau de fruits de mer sur la tête - ça rafraîchit, me direz-vous ! Je me suis dit alors qu'après l'incident de la veille au Murano, il faudrait peut-être que j'évite les restaurants pendant quelque temps, jusqu'à ce que ma chance tourne...

Mais, bon, les huîtres étaient FAN-TAS-TI-QUES, et les bulots itou ! Quant à la crême brûlée, c'était l'une des meilleures que j'aie mangées depuis longtemps, en ces temps maudits où la crême brûlée est devenue un truc tellement standard que l'on devrait tirer un trait dessus, si l'on était raisonnable. A la fin, on nous a servi un expresso tout aussi extraordinaire, même que George (Clooney) en aurait sûrement été vexé, s'il avait été là... Bref, ce fut un déjeuner délicieux, dans un cadre plaisant, le genre de moments qui vous réconcilie avec Paris.