JunoEnfin un "feelgood movie" directement écrit pour moi par une ex-stripteaseuse punk, qui compare les mérites de Sonic Youth et des Stooges, qui enchaîne sur une bande-son idéale les Kinks, le Velvet et Belle & Sebastian. Des dialogues qui auraient pu être écrits par Woody Allen s'il était un enfant de 77 ; une actrice, Ellen Page, au charme et à l'abattage renversants ; un récit à la morale assez maligne - ou ambigüe - pour réconcilier les extrêmes, des plus marginaux d'entre nous (être enceinte à 15 ans, une catastrophe ? Non, plutôt une sorte de rébellion dans un monde obsédé par la compétition et la performance physique) aux conservateurs néo-chrétiens ("les foetus ont déjà des ongles" !), "Juno" a tout pour lui, jusqu'à une mise en scène au graphisme parfois inspiré, et à l'élégance légère. J'ai lu des critiques, aigries sans doute, qui hurlaient à la "manipulation abjecte"... Faudrait-il pour autant se refuser le plaisir d'une belle comédie, certes consensuelle, mais intelligente et parfois poignante ?