RecPas la peine, comme avec "Cloverfield" et sa hype internet, de nous dissimuler derrière un arsenal théorique : "[Rec]" n'offre rien d'autre qu'une bonne vieille virée en train fantôme, qui fera sursauter, rire, hurler parfois (les plus sensibles d'entre nous), même si l'on n'est jamais dupes du fait que l'on a affaire à un pur spectacle, et que l'on connaît d'avance tous les virages que le wagonnet prendra. "[Rec]" souffre du manque d'originalité de sa forme (on connaît la musique, désormais !) comme de son thème (nous revoilà chez les morts-vivants de Romero, sans la perspective politique), à peine dissimulée derrière les oripeaux d'une modernité criarde (la télé-spectacle qui filme tout pour soi-disant témoigner, le jeu vidéo et son expérience individuelle ultime comme ambition). Mais "[Rec]" bénéficie d'une vraie énergie, tant dans son interprétation (tout le monde est très convaincant, l'hystérie est tangible) que dans sa réalisation : on sortira donc du train fantôme un grand sourire aux lèvres !