30 juin 2008

"Sans Sarah, Rien ne Va" : les limites du "système Appatow"

Premier (relatif) échec du "système" Judd Apatow, "Sans Sarah, Rien ne Va" (titre français encore une fois á côté de la plaque !) commet le péché originel : ne plus arriver à faire rire à force de se préoccuper de notre empathie avec les personnages. Plus que la mise en scène anonyme d'un nouveau tâcheron, il convient de blâmer l'erreur de casting d'un Jason Segel dans le rôle principal : juste et touchant, il est tout simplement incapable d'être drôle. Comme la soit-disant "révélation" Kristen Bell passe... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 06:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

29 juin 2008

La troisième saison de "Dr. House" : il faut que ça change !

La saison 3 de "Dr. House" pose le problème - inévitable, finalement - de l'épuisement des symptômes exotiques et maladies rarissimes qui puissent servir de défi à la logique du Dr. House, au point que même un néophyte sent rapidement que les scénarios prennent de plus en plus de libertés avec la vérité scientifique... Ce qui fait que, à sa 3ème saison, ayant décrédibilisé son contexte "professionnel", la série rend des points à son modèle de toujours, "les Experts". Ne reste alors plus qu'à investir dans... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 08:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 juin 2008

Flasback (émerveillé) sur "Odessey and Oracle" de The Zombies

On imagine difficilement un nom de groupe plus décalé, plus inapproprié que ce "The Zombies" en écoutant de délicieux coulis de mélodies raffinées, voire éthérées qui compose "Odessey (sic) & Oracle"... Encore un disque sinon obscur, du moins bien oublié, de l'incroyable période créative des années 67-68. Tout ici est beau, évident aussi, sonnant avec le recul comme la célébration éperdue d'un âge d'espoirs et d'innocence, et nous laissant, auditeurs du XXIe siècle, comme hébétés devant la... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 06:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
23 juin 2008

Flashback (douloureux) sur "Mad Max"...

Presque 30 ans après le mémorable scandale de sa sortie - censurée dans le monde entier - "Mad Max" ne ressemble plus à grand chose : hormis le talent indéniable de George Miller pour filmer des bolides fonçant sur les routes désolées de l'Australie, et la fascination que l'on peut ressentir pour un juvénile Mel Gibson, qui y apprenait quand même le masochisme et entamait là une longue carrière de souffrance physique, "Mad Max" a tout aujourd'hui de la série Z, des dialogues grotesques mal joués et... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 05:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 juin 2008

Séance de rattrapage : "My Blueberry Nights" de Wong Kar Waï

Malgré toutes ses indéniables qualités (car Wong Kar Waï n'est pas devenu un manche simplement parce qu'il a tourné son premier film aux USA...) à la foi formelles (image majestueuse, flashes de beauté, toute sa panoplie formaliste est à nouveau déployée, appliquée ici à une fascination "classique" pour l'Amérique des routes, des déserts et des diners) et émotionnelles (Wong Kar Waï reste inégalé dans sa précision à saisir la fragilité de ce qui se passe entre deux êtres), "My Blueberry Nights" est le premier film... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 11:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 juin 2008

"Death Note - Tome 10" - La résurrection d'une saga en pleine déconfiture ?

Surprise, délicieuse surprise, le Tome 10 de "Death Note" voit Tsugumi Ohba se ressaisir largement, abandonner plus ou moins les personnages ridicules de Near et Mello, ramener son scénario vers le passé en faisant tourner le suspense "analytique" autour d'un épisode central de la "première partie", introduire deux nouveaux personnages qui font avancer à nouveau l'action, tant au niveau de la réflexion "politique" (autour du beau personnage de Teru Mikami, Ohba interroge à nouveau les limites de... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

18 juin 2008

"Bienvenue à Boboland" de Dupuy & Berberian

La BD humoristique "sociétale" est un genre difficile, mais aussi délétère (car qu'est-ce qui vieillit plus vite que le rire "aux dépends" de ses contemporains immédiats ?), que je n'ai personnellement jamais aimé, mais qui est - pourquoi, c'est un mystère pour moi - toujours éminemment populaire. Dupuy et Berbérian ne m'ont jamais non plus convaincus, sans doute du fait de leur attachement un peu trop sage aux codes de ce genre, qu'ils mêlent avec beaucoup de bon goût (bof !) à une mélancolie existentielle légère... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
15 juin 2008

Cocoon au Forum de Vauréal le Samedi 14 Juin

Il est déjà 23 h 00 quand Cocoon (Morgane et Mark, encore un couple qui joue avec le soutien d'une musique qu'ils ont pré-enregistrée, c'est quand même très tendance... et très sympathique) entrent sur scène. L'installation de leur matériel a été pourtant plus que rapide : ce n'est pas les 25 Euros (dixit Mark) d'équipement qu'ils ont qui prend du temps (mention spéciale au xylophone à trois touches trônant au milieu des peluches - cadeaux des spectateurs -, ex aequo avec le maracas de la forme, la couleur et de la... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:50 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
14 juin 2008

"Phénomènes", le dernier M. Night Shyamalan

Le dernier Shyamalan fait peur, très peur, ce qui prouve au moins que, en travaillant pleinement dans les codes éternels définis par ce vieil Hitch il y a plus de 60 ans, il est possible à un réalisateur talentueux de frapper les spectateurs au plus profond de leur âme. Donc, "Phénomènes", qui fait peur avec un peu de vent et de feuillage, voire avec une plante en plastique dans le coin d'une pièce, est du vrai, du bon cinéma. Pourtant, impossible de ne pas se sentir déçus par la simplicité thématique du film, l'absence de... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 08:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
13 juin 2008

Supergrass à l'Elysée Montmartre le Jeudi 12 Juin

Supergrass, groupe quasiment majeur en Angleterre (et au Japon, visiblement, si l'on tient compte du nombre de nippons et -ponnes dans la salle), est venu avec un matériel impressionnant : superbe rack de guitares sur la gauche, écran lumineux géant (pour l'Elysée Montmartre) dans le fond, un peu de paillettes partout pour le glamour... 21 h 00 : Gaz Coombes apparaît en scène avec ses trois acolytes... qui sont, surprise, quatre, puisque un nouveau venu, présenté plus tard comme Charly, truste le devant de la scène... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 06:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,