Fille_de_MonacoTrois acteurs convaincants qui se débattent avec un scénario qui ne va nulle part, et surtout pas au fond des choses, cela ne fait pas un film. "La Fille de Monaco" aurait pu être une version française du brillant "To Die For" de Van Sant, mais Louise Bourgoin, sexy en diable, n'est pas Nicole Kidman, et le script lui refuse l'abjection, en jouant sur le registre convenu (on pense à BB) de l'innocente allumeuse. Plus intéressant encore, Anne Fontaine aurait pu nous entraîner derrière ces rapports de fascination entre les deux hommes, et oser des jeux ô combien plus ambigus et plus "chauds". En choisissant l'option "soft", en ajoutant une touche de thriller absurde, et surtout en concluant le film de désastreuse manière, Anne Fontaine refuse à "la Fille de Monaco" le moindre malaise, ou au moins déséquilibre, et se cantonne à des jeux convenus de séduction entre générations et milieux sociaux incompatibles. On est passé - une fois de plus, et c'est la tare du cinéma français actuel - à côté du vrai cinéma.