MeddleIl y a des madeleines qui s'éventent avec le temps, soit parce qu'elles ont mal été conservées, soit parce que, décidément, il y a une part du passé qu'il vaut mieux ne pas évoquer, sous peine de déception. "Meddle" était dans ma mémoire le meilleur disque du Pink Floyd, sans doute leur seul grand disque "classique" avant la terrible trahison de "Dark Side of the Moon" et son triomphe planétaire décérébrant. Réécouté au XXIe siècle, il ne reste plus grand chose de cette musique qui m'avait accompagné à 14 ans le long de nuits d'insondable mélancolie, en tout cas rien qui n'ait été revisité, refait, amélioré depuis par plusieurs générations de groupes psychédéliques ou post-rock. Ont survécu à l'érosion et à la rouille, la furieuse introduction, "One of the These Days", et quelques minutes enlevées de la méga-fresque complaisante, "Echoes".