Chambre_des_MortsPour entrer dans "la Chambre des Morts", il faut passer outre son scénario trop inutilement complexe de thriller actuel, dont les influences sont trop évidentes pour ne pas servir finalement de repoussoir (on suppose que cette gabegie hasardeuse de personnages et de situations est ce qui reste d'un mauvais roman de gare qui louche du côté des best sellers US...), et regarder palpiter à l'écran, à travers des acteurs régulièrement touchés par la grâce et bien dirigés, quelque chose de la VRAIE vie : entre désespoir social dans ce Nord pour une fois ni misérabilisé ni folklorique, et solitude extrême de la vie familiale comme de la vie intime (la violence conjugale, les enfants encombrants délégués à droite et à gauche, le sexe comme fausse échappatoire, le boulot qui devient un exutoire obsessionnel), il se trouve que "la Chambre des Morts", film de serial-killer redondant et un peu ridicule malgré son efficacité, nous parle bien de notre monde. Quant à Mélanie Laurent, il se pourrait bien que nous ayons là une future grande.