RascalizeThe Rascals ont un handicap certain, arriver après Arctic Monkeys et The Coral, deux groupes phares de la pop anglaise de ces cinq dernières années que leur musique évoque cruellement : la voix de Miles Kane sonne comme celle d'Alex Turner, son meilleur copain, tandis que sa guitare reprend les cavalcades effrénées de The Coral. Pourtant, ce "Rascalize", qu'on a d'abord envie de classer dans la section "plagiat sans intérêt" de sa discothèque, révèlera sur la longueur des charmes étonnants : quelques mélodies presque brillantes, et surtout de foudroyantes accélérations de guitare, aussi brutales que souvent irrésistibles, plus même que chez leurs modèles. Voilà donc un groupe que l'on attend de pied ferme sur scène, qui devrait leur permettre d'exprimer leur véritable personnalité.