Monsieur_Lapin... Si la réponse est non, n'allez pas dîner chez "Monsieur Lapin", même si la carte offre aussi un large choix de poissons et autres viandes, bien entendu. Parce que vous serez quand même entouré de lapins, le décor s'avérant gentiment mono-maniaque, jusque dans les toilettes (mais là, vengeance, un poster montrant Alice flinguant le lièvre du conte, ah, ça fait du bien !) : oui, le décor "lapinesque" est l'un des vrais "plus" de ce joli restaurant en haut de la Rue Losserand, près de l'Avenue du Maine, qui devrait vous permettre de passer une belle soirée entre amis, dans un cadre raffiné et intelligemment agencé (je parle comme une pub, maintenant, raaah !), le tout à un prix raisonnable, le menu entrée-plat-dessert étant proposé à 35 Euros, une vraie affaire. Ceci si vous avez réussi à vous garer, bien entendu, le quartier étant un cauchemar pour les automobilistes...

Bon, mon honnêteté proverbiale m'oblige à vous avouer que vous ne ferez pas non plus là le dîner du siècle, car les plats, goûteux et bien servis, ne sont pas quand même d'un raffinement inouï : la terrine de lapin en entrée était bonne, mais accompagnée d'une sauce sans intérêt, les légumes autour de mon poisson - bien cuit comme il faut - étaient joliment organisés et colorés, mais parfaitement insipides, voire immangeables, et la crêpe contenant les sorbets de chez Bertillon (une bonne idée) était dure et sans goût. Bref, rien de déshonorant, mais pas de quoi s'esbaubir non plus. D'ailleurs, au cours de la soirée, personne ne s'est empressé de faire les commentaires habituels, du genre "Hmmm, c'est vraiment délicieux, etc. etc." Un signe, non ?

Bref, "Monsieur Lapin" est un bon restaurant "standard", ce qui n'est pas si mal. Ou plutôt le serait si le service n'était pas aussi ridicule : au cours de la soirée, sur les 3 plats servis, aucun ne l'a été correctement, je veux dire en accord avec notre commande ! De quoi piquer des fous rires, tant on aurait pu croire que Frank_Eneec'était un "running gag" : chacun d'entre nous tour à tour s'est vu proposer le plat de son voisin, quand il ne s'agit pas des plats d'une table voisine. Le comble a été quand les sorbets sont arrivés, les serveuses n'ayant aucune idée des parfums de chaque assiette ! C'est quand même assez impressionnant de voir, dans un restaurant qui a visiblement une certaine ambition, un tel manque de professionnalisme sur des choses aussi basiques que l'organisation du service. Voilà, c'était mon coup de gueule, et, au final, c'est cela qui restera en mémoire, ce qui n'est certainement pas l'objectif de Frank Enée, le chef de "Monsieur Lapin" (fort sympathique, au demeurant) !