2008_12_Gogol_Bordello_062« Il faut se méfier des tsiganes à mon avis : voleurs de poules et de cœurs, apatrides, ils ont une tendance effrayante à semer le trouble et à mettre le feu partout où ils passent ! Bref, on ne peut nier que la combinaison est parfaite entre la riche culture tsigane et la rébellion punk, et encore plus parfaitement symbolisée par le Gogol Bordello de Eugene Hütz, groupe pas forcément exceptionnel sur disques, mais remarquable sur scène. Ou tout au moins, c'est l'impression que nous avait laissé leur excellent et bouillant set au Zénith, voici quelques mois... Une impression à valider ce soir au Bataclan !

Et c'est parti pour 1 h 40 de folie avec Gogol Bordello... 1 h 40 d'un concert tout ce qu'il y a d'excessif : sans merci, sans répit, sans pause entre les morceaux, toujours plus haut, toujours plus délirant, toujours plus fort. Et le public du Bataclan danse, crie, chante, pogote, est heureux, renvoyant aux musiciens leur joie de jouer à Paris devant des spectateurs totalement conquis à leur cause. Les sommets se succèdent, de plus en plus élevés, de2008_12_Gogol_Bordello_033 plus en plus rapprochés, jusqu'à ne plus former qu’une chaîne continue dont l'escalade est de plus en plus épuisante. La salle, glaciale au début, putain d'hiver précoce oblige, est devenue l'habituelle fournaise que l'on connaît au Bataclan. Le violoniste, toujours impérial, fait le show ; Eugene est au four et au moulin ; les choristes déboulent régulièrement ajouter un grain de sexe dans la tambouille ; le son est de plus en plus fort, et on se rend compte peu à peu de l'importance de la guitare, qui structure et assied une musique qui peut avoir tendance à se perdre dans des délires sans fin, jusqu'à épuisement. On se rend compte que le "punk" de "gypsy punk" fait sens, que ce soit dans l'accélération appliquée à la plupart des morceaux : Mala Vida, à fond la caisse, pour notre plus grand plaisir, en rappel - un rappel qui frôlera la demi-heure, avec un grand Wearing Purple en intro, et un tonitruant Fuck Globally - titre ô combien pertinent ces jours de crises financière à la mords-moi-le-nœud ! - en final apocalyptique...

2008_12_Gogol_Bordello_039A la fin, les musiciens, qui ont l'air moins éreintés que nous, descendent tous dans la fosse nous serrer la main, échanger un petit mot, et il se dégage alors du groupe une gentillesse, une générosité touchantes, pas si communes que ça, en tout cas. On sent qu'il s'agit de leur part d'une offrande, d'une vraie volonté de partage, sans doute bien dans la tradition tsigane dont se réclame Eugene. Alors, au final, s'il y a un (petit) reproche qu'on peut faire à ce concert, c'est presque d'avoir été "trop", d’avoir laminé la diversité de leurs musiques (folklore, reggae, punk rock…) par une interprétation constamment extrême, de n'avoir pas eu la patience ou l'habileté de nous ménager des pauses, de nous avoir entraînés sans se soucier de notre résistance physique dans une gigue jusqu'au boutiste. Du coup, les explosions de plaisir en ont été moins fortes, et on a eu au final plus l'impression d'être bousculés qu'enchantés. Mais, soyons juste, mieux vaut ce "trop" là que la pingrerie de nombre d'artistes ou de groupes, et au fait, n’est-ce pas là justement le secret de l’âme tsigane, le goût de l’ivresse des sens jusqu’à l’excès ?

Je conclurai en notant que les plus beaux moments du concert ont quand2008_12_Gogol_Bordello_098 même été, pour moi, Tribal Connection et American Wedding, toujours mes deux morceaux préférés de "Supertaranta". Et que j'ai été évidemment ravi de la multitude de références brésiliennes, des t-shirts santistas des mignonnes choristes à la veste de survêt de l'ami Eugene : voilà, c'était juste un clin d'œil, mais au final, grâce à tout ça, le froid parisien était moins terrible en rentrant. »

Retrouvez l'intégralité du compte rendu la soirée sur le blog des Rock'n'Roll Motherf***s !