Fais_Moi_PlaisirComment ne pas aimer un jeune réalisateur comme Emmanuel Mouret qui, comme nous, et à la différence de 99% des gens de sa génération, est fan de Guitry, de Rohmer et de Blake Edwards ? Comment ne pas aimer ce "Fais-moi Plaisir !", finalement un peu en dépit de ces références par trop envahissantes (l'introduction bavarde évoque Guitry, la scène impeccable de la réception travaille le patrimoine de la "Party", et la fin, douce amère, pourrait être un vrai "conte moral") pour d'autres qualités que son côté "bon élève" un peu irritant ? En fait, on aime plutôt que Mouret aime les belles femmes, et sache les filmer (comme Woody Allen ? Bon, arrêtons les références !). Et on admire aussi chez lui une vraie élégance morale, une sorte de courtoisie extraordinairement "dépassée", d'un autre siècle, qui fait de "Fais-moi Plaisir !" une sorte d'OVNI ravissant, mais qui en irritera, inévitablement, plus d'un…