NV3Les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures, et le concept de Nouvelle Vague, cherchant désormais loin de la Bossa Nova une nouvelle inspiration, a clairement dépassé sa date de péremption. Ici, le traitement globalement sans génie de morceaux plus obscurs des années 80 ne bénéficie même pas de l'idée ponctuelle d'y adjoindre des "voix du passé" : si "Master and Servant" permet à l'illusion d'un troisième album d'exister pendant quelques minutes, si l'immense McCulloch insuffle un peu de magie sur son "Colours", cette dernière (espérons-le) vaguelette a la lourdeur et le côté infinimement déprimant d'une plage mazoutée après une marée noire. Ce qui est quand même le comble quand on parle d'une musique aussi "légère" - voire inconsistante - que celle de Nouvelle Vague...