30 juillet 2009

"The Liberty of Norton Folgate" de Madness : retour sans folie...

Madness est revenu, mais the madness, elle, est bien loin, en 2009 : "The Liberty of Norton Folgate" est un concept album un peu morne, trop long, chargé de beaucoup trop de musique sage, à la production lustrée et donc atone, pour son bien. Car si l'on sent régulièrement pointer le fin talent d'orfèvre pop de Suggs et consors, l'atmosphère sage de cette fausse comédie musicale qui singe la folie bastringue sur les planches d'un théâtre de boulevard très XIXè siècle, empêche que notre admiration se transforme en... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 05:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 juillet 2009

"Bronson" de Nicolas Winding Refn

"Bronson" n'est pas un film plaisant, et, malgré le talent indéniable de Nicolas Winding Refn, un talent quand même tonitruant, flirtant dangereusement avec l'esbrouffe, donne régulièrement l'impression de passer à côté de son très beau et très rare sujet (disons : "faire de son corps et de sa vie une "performance" ultime, basée sur l'affrontement littéralement insensé avec la société et l'humanité dans son ensemble"). "Bronson" est rempli de belles idées de cinéma (la bête dans la cage du... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 05:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 juillet 2009

"Elvis In Dearland", renouvellement poignant de l'Americana éternelle...

"In Dearland", c'est bien sûr l'Americana éternelle, ses guitares boisées et son énergie inépuisable (quelque chose de la fougue de Guthrie...?), son souffle de liberté et de vie. Mais, comme Elvis Perkins est le fils d'Anthony, on ne peut s'empêcher de lire dans son Dearland les traces d'un déséquilibre bien moderne, dans les tensions entre un lyrisme que n'aurait pas renié Jeff Buckley et une fanfare tantôt festive tantôt lugubre. Régulièrement poignant, toujours intense, "In Dearland" est un beau disque qui nous... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 05:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 juillet 2009

"Nouvelle Vague 3"... la vaguelette mazoutée

Les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures, et le concept de Nouvelle Vague, cherchant désormais loin de la Bossa Nova une nouvelle inspiration, a clairement dépassé sa date de péremption. Ici, le traitement globalement sans génie de morceaux plus obscurs des années 80 ne bénéficie même pas de l'idée ponctuelle d'y adjoindre des "voix du passé" : si "Master and Servant" permet à l'illusion d'un troisième album d'exister pendant quelques minutes, si l'immense McCulloch insuffle un peu de magie sur son... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 06:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 juillet 2009

"Les Amants du Spoutnik" de Haruki Murakami : Antonioni chez les fantômes japonais

Du côté d'Antonioni, Murakami nous parle ici de l'ncommunicabilité fondamentale entre les êtres (ces spoutniks qui gravitent lentement sur des orbites différentes, rendant toute vraie rencontre impossible), et du brouillage des sentiments, ses personnages semblant tous plus ou moins prisonniers d'une apathie émotionnelle empêchant la réalisation de toute véritable histoire d'amour. Mais comme Murakami est japonais, il ne résiste pas - et pourquoi le devrait-il ? - à la tentation de faire de son triste conte de triangle amoureux une... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 05:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
25 juillet 2009

"Very Bad Trip" de Todd Phillips : grand public certes, mais hyper-efficace

Oh bien sûr, par rapport aux délires des Frères Farrelly ou à la nouvelle vague comique US se déchaînant sous la houlette de Judd Apatow, ce "Very Bad Trip" a quelque chose de curieusement "grand public" - d'où son succès populaire, rare en France pour une comédie américaine : exploitation d'un thème assez universel tel que l'enterrement de la vie de garçon qui dérape affreusement, avant de revenir plus ou moins gentiment dans les convenances sociales. A dire vrai, il n'y a pas grand' chose ici qui aille... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 05:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 juillet 2009

"Animal'z" de Enki Bilal : une oeuvre d'art superbe, pas une bonne BD...

Bilal est l'un des plus grands illustrateurs de notre génération, et son dernier-né, "Animal'z" est un bonheur graphique de tous les instants : une nouvelle technique, de nouvelles textures, de la pure beauté. Mais, même si peu de gens osen le dire, Bilal est un piètre artiste de BD : scénarios incohérents, narration lourde, poncifs pontifiants au service d'une noirceur post-apocalyptique fatiguante... Il fait avouer que les livres de Bilal nous tombent des mains (et je ne parle pas de ses films, simplement atroces !).... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 05:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 juillet 2009

Ch-Ch-Changes !

"A new career in a new town" claironnait Bowie sur l'un de ses meilleurs albums, "Low". "A change is better than a rest" sont des mots qui me sont restés d'une autre chanson, dont le titre et l'auteur m'échappent désormais... Mais ce qui ne m'a jamais échappé, ce sont les bénéfices, voire la nécessité de changements réguliers - et fondamentaux - dans nos vies, des vies qui ont si facilement tendance à s'endormir dans la routine confortable offerte par la famille aimée, le boulot passionnant (ou au moins... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 06:04 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
22 juillet 2009

"Dans les Bois Eternels" de Fred Vargas : le meilleur pour l'instant ?

Eh oui, surprise ! Moi qui n'aime guère Fred Vargas en général (trop maniérée, trop artificielle, trop "littéraire" au sens français / désuet du terme, trop outrageusement "poétique", elle me hérisse un peu, la mère Vargas...), mais qui continue par habitude à lire ses livres, en voici deux de suite que j'aime bien : car après le salutaire détour québecquois de "... Neptune", "Dans les Bois Eternels" me paraît ni plus ni moins comme ce qu'elle a fait de mieux à date. Pourquoi ? Eh bien sans... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 05:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
21 juillet 2009

"Twisted Wheel", le punk rock est de retour

Il y a, toute proportions gardées, quelque chose du premier LP de Clash dans cet album de Twisted Wheel : la même urgence rageuse et décapante, la même simplicité brutale mais formidablement sincère dans l'expression de frustrations simples de la vie quotidienne, voire la même belle radicalité de mélodies faites pour être éructées la bave aux lèvres. C'est dire combien "Twisted Wheel" nous ravit, sans nostalgie aucune, en nous rappelant que l'urgence punk rock peut encore ravager nos coeurs, à défaut d'incendier les nations.... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 05:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]