Weeds_4Saison 4 : on repart à zéro et on emmène la fine équipe de trafiquants et de dégénérés divers de "Weeds" au bord de la frontière mexicaine, pour les confronter à d'autres réalités que celle des banlieues WASP : l'immigration clandestine, les trafics violents entre US et Mexique, la difficulté de survivre dans une société globalement sans pitié pour les faibles. Du coup, la série perd un peu de sa légèreté, dans sa dernière partie (remarquable) surtout : la violence du monde a fait irruption au milieu de la fantaisie générale ! Alors, oui, on peut tiquer sur le manque de réalisme de cette intrigue-là qui précipite Nancy Botwyn au milieu du chaos et lui permet - de justesse, si l'on pense au superbe coup de théâtre final - d'y survivre, mais "Weeds" est à nouveau le grand plaisir pervers qu'elle était au début : il y a au fond ici la satisfaction de mal agir, contre toutes les règles de la société, tout en restant fidèle à soi-même, ce rapport entre loi et morale étant au coeur du dilemme de l'héroïne dealeuse de cette série pas comme les autres.