Head_FirstOn sait que Goldfrapp a régulièrement démontré des penchants plus que coupables pour la variété discoïde et largement décérébrée, mais on pouvait plaider le second degré, le fun, ou même le simple plaisir - si commun - de la nostalgie à deux sous. Avec "Head First", il devient impossible de se contenter d'en sourire et de dodeliner gentiment de la tête en ondulant du bassin : ce disque, qui ne contient en outre que deux ou trois mélodies à peu près réussies, est tout simplement trop vulgaire, trop laid et trop bête pour qu'on puisse encore parler de plaisanterie. Bon, je suppose que si vous êtes éperdument fans de Van Halen, de ABBA, des cours d'aerobic de Jane Fonda, de Olivia Newton John et autres ELO, vous aimerez "Head First", comme tant d'autres adorent toujours agiter leurs petites mimines en beuglant "Alexandrie Alexandra" avec Cloclo. Sans moi, néanmoins.