InceptionEntre les univers virtuels qui s'enchassent à la "Matrix" et les doutes existentiels de Philip K. Dick, Nolan a décidé qu'il était temps de proposer un nouveau blockbuster hyper-intelligent (... enfin, plutôt hyper-complexe) et totalement conceptuel. Tant le scénario exigeant une concentration de tous les instants que la mise en scène un peu trop syncopée (Nolan sacrifie toujours un poil trop aux effets à la mode) transforment la vision de "Inception" en un véritable parcours du combattant, qui ne sera pas du goût de tous. Mais le véritable problème vient de la nécessité sans doute exagérée d'expliquer et de surexpliquer tous les concepts mis en oeuvre ici (comme quoi Nolan n'a pas complètement confiance en son public, ou alors a besoin de rationnel pour se rassurer lui-même...) qui rend nombre de scènes trop bavardes, et l'ajout inutilement crétin de nombre de scènes d'action "à la James Bond" ni vraiment justifiables par le scénario ni même intéressantes. Nolan aurait mieux fait de se concentrer sur la superbe histoire d'amour torturé qui est le vrai coeur du film, et de mieux respecter le jeu de ses excellents acteurs en leur laissant un peu d'espace. A noter une superbe idée finale désamorçant le curieux happy end précipité des dernières minutes.