Grinderman_2Moins stoogien, moins simpliste sans doute que le premier album, voici "Grinderman 2", produit dérivé de la franchise "Nick Cave and The Bad Seeds" - d'ailleurs de plus en plus proche -, qui réjouira profondément les plus pervers d'entre nous, ceux qui se délectent de murs de son psychédélique, de paroles vicieuses à l'humour plus que douteux (nettement en dessous de la ceinture, mais avec l'inventivité lyrique qu'on a toujours connue chez Nick Cave, écrivain furieusement habité), et de la vision vaguement effrayante de quinquagénaires hirsutes se comportant comme des sagouins dans les salons précieux de ce rock tellement institutionalisé aujourd'hui. Oui, Warren Ellis est plus malade ici que jamais, et on a peine à croire en les sons hantés qu'il tire de ses instruments bizarres. Oui, Nick Cave semble avoir - enfin - oublié toute retenue, toute ambition d'être un jour reconnu comme un artiste sérieux (nyark, nyark !). Oui, voilà une musique de sauvages, une musique aussi radicale que fondamentalement sans âge. Sans doute la musique que devraient faire les jeunes qui ont 20 ans aujourd'hui dans un monde de merde comme le nôtre. Mais comme ils ne la font pas, il faut bien que ce soit les vieux qui s'y collent !