Desperate_Housewives_6La sixième saison de notre très chère "Desperate Housewives", désormais l'une des seules séries survivantes de la quasi-première génération, prouve malheureusement que la répétition (de sujets, de situations, de personnages), voire le bégaiement, est inévitable après tant d'années (7 ans, en fait...) : oui, on a déjà vu cette famille aux secrets menaçants, cette catastrophe venue du ciel qui frappe Fairview Lane et redistribue les rôles, ces conflits de couples entre haine et amour... Pourtant, malgré la fatigue générale - des scénaristes, des acteurs, de nous-mêmes spectateurs vaguement indolents désormais -, quelque chose de la vieille magie fonctionne encore, et on se surprend à rire, à frémir, à s'horrifier... (presque) comme au premier jour. Pas si mal, quand même… surtout dans la seconde partie d'ailleurs, quand la série s'autorise à secouer sérieusement ses héros, et renoue avec la tension des meilleurs épisodes des débuts. Oui, on sent qu'on va rester encore fidèles à "Desperate Housewives" un bon moment...