When Harry Met Sally20 ans plus tard, que reste-t-il de cette petite comédie gentille qui avait fait de Meg Ryan une star, et avait (malheureusement) lancé la carrière de la triste Nora Ephron (quand son nom est au générique d'un film, il vaut mieux en général l'éviter) ? On se souvient de la fameuse scène de la "simulation de l'orgasme" qui avait semblé si transgressive à l'époque : nul besoin de dire que l'évolution des moeurs, du cinéma, et surtout sans doute de la nouvelle série-TV a rendu ce genre de plaisanterie totalement obsolète. On avait aimé l'insertion de plans frontaux sur des couples racontant leur histoire, qui nous avait paru originale : aujourd'hui, on regrette surtout la fausseté de ces "témoignages", trop écrits et interprétés pour sonner juste. Billy Crystal nous avait fait sourire, on le trouve désormais largement à côté de la plaque, décrédibilisant finalement l'histoire improbable de ce coup de foudre tardif. Alors que l'étoile de Rob Reiner s'est éteinte, faute d'une filmographie à la hauteur de nos atteintes, il ne reste guère que le charme de Meg Ryan pour soutenir encore ce "Quand Harry Rencontre Sally…" sans grand relief.