2011_06_The_Pains_Of_Being_Pure_At_Heart_Dia_de_la_Musica_Heineken_El_Matadero_051"Après Anna Calvi, j’avais prévu de rentrer à la maison, mais il fait si beau. Juan Carlos et moi décidons donc de rester devant la grande scène, le Escenario rtve.es, pour le set de The Pains of Being Pure At Heart, prévu pour 19 heures. Une autre heure d’attente, mais le soleil est plus bas, on brûle moins, tout va bien...

 

The Pains of Being Pure At Heart, je vais être clair, je ne trouve pas que ce soit un groupe très intéressant : des jeunes gens propres sur eux qui jouent du noisy pop d'un autre âge, sorti tout droit des années 80 (Remember The Primitives ?), avec une efficacité et une puissance toute américaine, ce qui, au final, désamorce l'intérêt d'une musique faite pour être frêle, ou au moins maladroite. Je ne connais que le premier album, qui m’avais laissé un peu dubitatif, et je reconnaitrai donc que quelques morceaux assez jolis d'ailleurs… mais les nouvelles chansons restent clairement dans le même esprit... Et au final, malgré (ou peut-être à cause de) un son très fort, qui a tendance à tout laminer, toutes les chansons se ressemblent, elles s’enchainent sans qu’il se passe quelque chose de nouveau sur scène : résultat, au bout d'une demi-heure, on s'ennuie un peu, même s’il est impossible de trouver ça mauvais. C’est juste que, après la brûlure d’Anna Calvi, ce rock indie a un goût fade de redite. Autour de Juan-Carlos et moi, pourtant, le public - maintenant très nombreux - semble vraiment apprécier le concert. Mon esprit dérive gentiment, je dois reconnaître que l'organiste chinoise (Peggy Wang) est jolie et souriante, que Kip Berman a la voix blanche et la mine sombre comme il faut pour ce genre de musique, que le second guitariste et le bassiste jouent bien, rock et tout, mais… et après ?... Oui, j’ai déjà trop entendu tout cela pour y trouver encore de l'intérêt. Au bout de 40 minutes, The Pain of Being Pure At Heart se retirent, il n'y aura pas de rappel. Je sais que c’est un groupe que je ne suivrai pas plus loin."