399px_Sergio_Pizzorno___Kasabian___Roskilde_Festival_2010Derrière les gesticulations et les rodomontades de Kasabian, groupe désormais dimensionné pour les stades avec son florilège d’hymnes joyeuses et dansantes, il y a bien heureusement aussi une pléthore de chansons superbes, qui travaillent en l’actualisant le riche héritage pop-psychédélique britannique. « La Fée Verte » est le dernier exemple en date de ce talent dont fait preuve Sergio Pizzorno pour créer de purs joyaux pop : partant ici d’une citation directe du « Lucy In the Sky with Diamonds » des Beatles, il construit une structure mélodique étonnante qui ne cesse de s’enrichir et de se clarifier, pour déboucher sur une trouvaille de génie, le genre de mélodie imparable, évidente, qui le place d’emblée au niveau des grands esthètes de la pop. « La Fée Verte », avec son démarrage anodin et ultra-référencé devient d’un coup une chanson bouleversante, le genre de morceau qui gonfle le cœur de joie tout en vous mettant les larmes aux yeux. Pas mal pour un « groupe de stades », non ?