15 septembre 2011

Révisons nos classiques : "Crash" de David Cronenberg (1996))

Cronenberg s'est révélé au fil de sa filmographie un brillant adaptateur des oeuvres littéraires les plus ardues parce que les plus conceptuelles, et l'idée géniale de "Crash" est de refuser aux délires malsains de J. G. Ballard un traitement "bruit et fureur" qui paraissait pourtant une évidence, et lui préférer une douceur froide, aussi anti-spectaculaire que malsaine. Le risque couru, et pas toujours évité, avouons-le, est de frôler le "porno chic", mais le bénéfice est d'éviter le sordide qui perce sous le sujet. En transformant... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

12 septembre 2011

Révisons nos classiques : "The Game" de David Fincher (1997)

Le meilleur de "The Game", c'est indiscutablement sa première partie - que certains trouveront certainement trop longue - qui décrit minutieusement la vie professionnelle de l'affreux financier très finement interprété par Michael Douglas, et qui nous laisse entrevoir ces fêlures profondes qui seront exploitées par les concepteurs machiavéliques du "Jeu" (enfin, en théorie…) : la mise en scène précise, maniaque presque, de Fincher fait alors des merveilles, et le film est un objet de pure (et dure) fascination. Là où tout se gâte,... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
08 septembre 2011

Révisons nos classiques : "Hero" de Zhang Yimou (2002)

Passons outre un Blu-ray Disc salopé, aux images bien inférieures à celles du DVD d'origine (une honte !) et concentrons-nous sur une lecture différente - beaucoup plus émotionnelle - du chef d'oeuvre formel de Zhang Yimou : au delà de la beauté inouïe des combats et de la lourdeur du message politique pro-gouvernemental, il se pourrait que l'ultime qualité de "Hero" se trouve dans ces scènes d'amour fou entre Maggie Cheung, Tony Leung et Zhang Ziyi, un amour décliné sous plusieurs versions alternatives (la jalousie, la trahison, le... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
07 septembre 2011

Révisons nos classiques : "Se7en" de David Fincher (1995)

Beaucoup de temps a passé depuis le choc planétaire de "Se7en" : Hollywood a lâché des dizaines de films - la plupart médiocres - de "serial killer", jusqu'à en épuiser - jusqu'à nouvel ordre - le genre, et David Fincher est devenu un réalisateur accepté et reconnu ("Zodiac" et "the Social Network" ayant constitué à date les deux sommets de son œuvre). Revoir "Se7en" en 2011 nous expose à une inévitable déception devant des images désormais usées à force d'avoir été imitées, le film paraissant presque "anodin" de nos jours, mais... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
31 août 2011

Révisons nos classiques : "La Mauvaise Education" de Pedro Almodovar (2003)

Pourquoi le film sensé être le plus autobiographique d'Almodovar est-il à date son plus "froid" ? Le besoin pudique de se protéger de l'impact émotionnel de confessions clairement douloureuses (la pédérastie des curés, la perte d'un premier amour) ? "La Mauvaise Education", 7 ans plus tard, impressionne toujours par son incroyable ambition formelle, entrecroisant non seulement flash backs mais aussi différents niveaux de "virtualité" (le roman, le film, les souvenirs - avec différents visages pour les mêmes personnages) qui... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 08:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
30 août 2011

Révisons nos classiques : "A History of Violence" de David Cronenberg (2005)

En 2005, Cronenberg nous offrait son premier film véritablement "mainstream", inspiré d'une BD réputée, et nous surprenait par le relatif classicisme de son récit. "Relatif" parce que le thème profond du film (deux êtres en un) résonnait idéalement avec les sujets de prédilection du Cronenberg "marginal" de naguère. La force de "A History of Violence" est indiscutablement l'intelligence de son écriture, qui ne sacrifie - presque - jamais aux clichés hollywoodiens, et la subtilité - habituelle chez Cronenberg - de sa direction... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 16:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

27 août 2011

"Super 8" de J.J. Abrams : back to the 80's ?

On a suffisamment glosé sur l'hommage aux blockbusters 80's de Spielberg que constitue ce ravissant "Super 8" pour revenir sur cette évidence réjouissante : des enfants confrontés à la fois à l'absence du père et à des phénomènes mystérieux, un certain sens du merveilleux (lumières bleues et grands yeux éblouis), une défiance profonde envers les symboles de l'autorité, tout cela supporté par une narration classiquement construite respectant l'intelligence du spectateur (le monstre qui n'apparaît qu'après une longue attente, par... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 08:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 août 2011

"Green Lantern" de Martin Campbell : marre des super-héros !!

Encore un super héros ! Marre des super héros ! Marre de la couleur verte aussi, même si elle est ici la "couleur de la volonté" ! "Green Lantern" commence pourtant bien, entre S.F. moche et ringarde à la Star Wars - de la S.F. rétro !! - et présentation énergique des personnages, avec avions à réaction (toujours bien, ça, les avions à réaction !) et personnalité slacker assez crédible de Ryan Reynolds. Et puis peu à peu, le film s'enlise dans les habituelles banalités, avant de sombrer dans le toujours fatiguant - car tonitruant -... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
09 août 2011

Séance (tardive) de rattrapage : "Dans ses yeux" de Juan José Campanella : mieux que l'Oscar du meilleur film étranger standard

Couronné par l'Oscar du meilleur film étranger - souvent un mauvais signe -, "Dans ses yeux" est indiscutablement un film "consensuel", déclinant avec finesse et intelligence un scénario malin conjuguant thriller, mélodrame passionnel et critique politique d'une époque (la dictature) où le pire advint en Argentine et tant de vie furent broyées. Récit de survivant - en flashback - et de désillusion, le film de Juan José Campanella court sans doute après trop de lièvres à la fois et n'en attrape finalement aucun : l'histoire d'amour se... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 15:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 août 2011

"La Planète des Singes : Les Origines" de Rupert Wyatt... Celui-ci, on ne l'avait pas vu venir !

La franchise de "la Planète des Singes" ? Après une poignée de films des seventies oubliés (sauf le premier, bien entendu) et un remake raté par Tim Burton, on n'en attendait pas grand chose. Et puis survient ce "… Les Origines", qu'on se prend comme une grande claque : un scénario redoutablement logique et efficace, totalement au "premier degré" - ce qui est si rare de nos jours -, une interprétation parfaite (James Franco et Andy Serkis, ce dernier surpassant son travail déjà remarquable dans "le Seigneur des Anneaux" et "King... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 08:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :