04 août 2009

"Là-Haut", le dernier Pixar : pas si haut que ça, cette fois !

"Là-haut" est un drôle de film, aussi passionnant de par ses choix finalement assez radicaux (la tristesse et l'amertume comme ambiance principale, un vieillard et un gosse obèse comme héros, un véritable "héros" comme vilain) qu'imparfait, du fait d'une sorte d'indécision qui flotte sur la majorité des scènes : gags jamais tout-à-fait drôles mais invariablement malins (l'improbable meute de chiens...), suspense et action jamais aussi frénétiques et emballants qu'ils ne devraient l'être... On est loin d'un effet de "machine", on est... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 11:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

29 juillet 2009

"Bronson" de Nicolas Winding Refn

"Bronson" n'est pas un film plaisant, et, malgré le talent indéniable de Nicolas Winding Refn, un talent quand même tonitruant, flirtant dangereusement avec l'esbrouffe, donne régulièrement l'impression de passer à côté de son très beau et très rare sujet (disons : "faire de son corps et de sa vie une "performance" ultime, basée sur l'affrontement littéralement insensé avec la société et l'humanité dans son ensemble"). "Bronson" est rempli de belles idées de cinéma (la bête dans la cage du... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 05:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 juillet 2009

"Very Bad Trip" de Todd Phillips : grand public certes, mais hyper-efficace

Oh bien sûr, par rapport aux délires des Frères Farrelly ou à la nouvelle vague comique US se déchaînant sous la houlette de Judd Apatow, ce "Very Bad Trip" a quelque chose de curieusement "grand public" - d'où son succès populaire, rare en France pour une comédie américaine : exploitation d'un thème assez universel tel que l'enterrement de la vie de garçon qui dérape affreusement, avant de revenir plus ou moins gentiment dans les convenances sociales. A dire vrai, il n'y a pas grand' chose ici qui aille... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 05:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 juillet 2009

"Le Prince de Sang Mêlé - Harry Potter 6" de David Yates : quelques grammes bienvenus de finesse...

Qu'est-ce qui fait que, nonobstant un scénario qui se prend les pieds une fois de plus dans la lourde complexité des derniers pavés de J.K. Rowlings, "le Prince de Sang Mêlé" nous donne ainsi l'impression d'être, non seulement le meilleur film de la saga Harry Potter à date, mais aussi un vrai bon film de cinéma ? Le recul d'un cinéma de pure illustration, où les chefs décorateurs et les responsabes des effets spéciaux hollywoodiens ont la main mise sur le "look and feel" du film ? Certes, on n'a pas encore vu de... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 05:40 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
12 juillet 2009

"L'Age de Glace 3" de Carlos Saldanha : coup de barre ?

On a bien aimé "l'Age de Glace" 1 et 2, grâce à leur drôle d'humour un peu masochiste et facilement absurde, leur côté un peu mal fini de films d'un studio de seconde zone, et surtout leur perpétuelle inventivité. Dans ce troisième volet d'une saga qui marque donc le pas, on ne peut pas s'empêcher de ressentir un effet de fatigue, de répétition, que ce soit dans le scénario qui reprend les poncifs les plus éculés du genre "films de dinosaures", ou dans les rapports entre les personnages principaux, qui ne sont... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:43 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
10 juillet 2009

"Whatever Works" de Woody Allen

Mais si, mais si, contrairement à ce que le personnage principal annonce dans les 5 premières minutes de "Whatever Works", le dernier Allen est un "feel good movie", dont on sort un grand sourire aux lèvres et le coeur en joie. Objectivement, "Whatever Works" - joli titre illustrant le pragmatisme un peu désabusé qui irrigue le scénario - est un tout petit Allen : mise en scène minimale, très "au théâtre ce soir" avec entrées et sorties des personnages et accumulation progressive du nombre de... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 09:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

03 juillet 2009

Séance de rattrapage : "Un baiser s'Il Vous Plaît" d'Etienne Mouret

"Un Baiser s'il Vous Plaît" est sans doute, à date, le meilleur film d'Emmanuel Mouret, car c'est le premier où il dépasse clairement le carcan un peu intimidant de ses importantes influences, pour faire résonner pleinement sa "petite musique" si particulière. "Un Baiser s'il Vous Plaît" se tient clairement dans la double lignée d'un Rohmer - toute la première partie, où les héros appliquent des raisonnements logiques pour dissimuler ou retarder l'embarras de leurs désirs - ou d'un Woody Allen - la... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 05:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 juin 2009

"Fais-moi Plaisir" d'Emmanuel Mouret

Comment ne pas aimer un jeune réalisateur comme Emmanuel Mouret qui, comme nous, et à la différence de 99% des gens de sa génération, est fan de Guitry, de Rohmer et de Blake Edwards ? Comment ne pas aimer ce "Fais-moi Plaisir !", finalement un peu en dépit de ces références par trop envahissantes (l'introduction bavarde évoque Guitry, la scène impeccable de la réception travaille le patrimoine de la "Party", et la fin, douce amère, pourrait être un vrai "conte moral") pour d'autres qualités que son côté... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 06:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 juin 2009

Séance de rattrapage : "La Belle Personne" de Christophe Honoré

Après 2 films magnifiques, "la Belle Personne" confirme que Christophe Honoré est un cinéaste qui compte, mais aussi un auteur singulier : partir d'une réaction épidermique à l'une des nombreuses saillies crétines de Sarkozy, tourner un petit film en quelques semaines afin de prouver la pertinence de "la Princesse de Clèves" en 2008, et nous livrer au final quelque chose d'aussi réjouissant que bouleversant, voilà qui tranche sauvagement avec le tout-venant du cinéma franchouillard. Au delà du triste Sako, "la... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 05:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 juin 2009

Séance de rattrapage : "Sparrow" de Johnnie To

Avec "Sparrow", le brillantissime Johnnie To s'est aventuré dans un registre nouveau : partant d'une idée de départ géniale - la précision des gestes, l'élégance utilitaire des mouvements du pickpocket s'apparentent à la discipline de la danse -, To nous propose donc une comédie musicale sans musique (des notes de jazz en contrepoint quand même) et sans ballet (encore que la scène "des parapluies" s'y apparente fortement), qu'il double - autre coup de génie - d'un portrait précis, sensuel, et souvent inspiré de sa... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 06:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,