18 juin 2009

"Coraline" de Henry Selick

"Coraline" est l'occasion de confirmer les obsessions de Henry Selick, tant techniques (l'animation plan par plan, les "marionnettes") que thématiques (l'absence des parents, obligeant l'enfant à affronter seul le monde, l'amour des enfants à la fois comme enjeu et champ de bataille, les insectes comme genre triomphant), obsessions qui en font définitivement un auteur à part entière, désormais clairement distinct de Tim Burton ("l'étrange Noel.." était bien de par son sujet et son ambiance gothique un... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 05:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

15 juin 2009

"Les Beaux Gosses" : Sattouf n'est ni Pialat ni Judd Apatow !

Riad Sattouf déçoit, ne réussissant pas complètement la transposition à l'écran de ses BDs épatantes, même si, indiscutablement, tout est là : l'humour décalé mais fin, la tendresse dans l'évocation de la marginalité adolescente, la justesse du point de vue - qui ne tombe pas dans les clichés dont on nous abreuve aujourd'hui -, et surtout ces envolées délirantes bienvenues, histoire de ne pas trop coller au sordide des sempiternelles obsessions d'adolescents boutonneux. Reste que tout cela ne fait pas un bon film : il manque une vraie... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 05:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 juin 2009

"Quelque Chose A te Dire" de Cécile Telerman : un scénario ridicule !

On observe clairement aujourd'hui dans le (mauvais) cinéma "populaire" française une acceptation aveugle des règles hollywoodiennes, basant complètement - en contradiction avec les croyances de la Nouvelle Vague, évidemment ! - un film sur son scénario, aux ficelles souvent grossières. Dans "Quelque chose à te dire", ce principe est catastrophique, tant le peu de vitalité du film - venant avant tout des acteurs (Rampling, Chesnais et Elbé sont tous trois excellents, le reste de la troupe à la traîne, et Olivier... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 06:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 juin 2009

Séance de rattrapage : "Exilé" de Johnnie To

Film encensé à sa sortie par la critique (enfin, celle qui s'intéresse vraiment au cinéma asiatique), "Exilé" souffre d'être vu après "Vengeance", dans lequel Johnnie To reprend largement le même thème "classique" (une bande de tueurs faisant passer l'amitié devant la loyauté à un chef corrompu, et en payant le prix), mais aussi les mêmes décors (Macao) et les mêmes acteurs dans des rôles similaires. On le voit donc aujourd'hui avant tout comme un exercice de style dont on admire la forme - brillantissime... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 06:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
09 juin 2009

"Jusqu'en Enfer" de Sam Raimi

S'il y a un intérêt dans "Jusqu'en Enfer", pochade enthousiaste de Raimi qui rappelle ses premiers films par son entier dévouement aux règles du genre (ici l'horreur), c'est l'obsession manifeste de ce dernier pour la pénétration - et la contamination - orale : ce pervers de Raimi n'a de cesse de faire entrer dans le corps vaguement porcin d'Alison Lohman tout ce qu'il peut imaginer de plus répugnant, fluides corporels divers (en particulier de cadavres en décomposition, hi hi), animaux et insectes, et bien sûr substituts... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 06:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
02 juin 2009

"Looking for Eric" de Ken Loach

Il y a à l'origine de "Looking For Eric" l'idée formidable de confronter Cantona à la mythologie que son passage à Manchester a créée, et d'en extraire un chant (façon supporters de foot, donc) à la vie, l'amitié, l'amour. Et l'on peut compter sur l'humour de nos amis anglais pour que rien de tout ça ne soit pompeux, et pour qu'il y ait assez de décalage pour que l'entreprise ne soit pas taxée d'idolâtrie ou de "spectacle dérivatif" : car Loach ne lâche pas d'un poil ses habituelles préoccupations sociales - qui en... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 06:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

01 juin 2009

"Etreintes Brisées" de Pedro Almodovar

On peut critiquer le scénario trop complexe d'Almodovar, le foisonnement de personnages qui, au final, ne servent qu'à distraire l'attention du cœur sombre du film, sans parler de l'indiscutable lenteur avec laquelle l'intrigue - secrète - des "Etreintes Brisées" se noue… Oui, et admettre que le dernier Almodovar ne sera pas son meilleur… N'empêche que le film est régulièrement transcendé de véritables coups de génie, autant formels que conceptuels (je pense par exemple à l'éblouissante scène "doublée" de la... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 06:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
28 mai 2009

Séance de rattrapage : "Twilight" de Catherine Hardwicke

Lorsqu'un livre - pardon, une saga - comme "Twilight" a un tel impact planétaire, même si sa cible est la jeune adolescente, difficile de ne pas aller se faire une opinion par soi-même du phénomène. En attendant de lire un jour le livre, voyons donc d'abord le film : passons sur la mise en scène anodine, voire tragiquement lisse, et sur le ridicule consommé des effets spéciaux, heureusement rares, pour nous concentrer sur le grand intérêt du film, la tension amoureuse et sexuelle entre ses deux personnages (et acteurs ?),... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 06:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
26 mai 2009

"Vengeance" de Johnnie To : comment réaliser un film magnifique en dépit de son acteur principal...

Quand débute ce "Vengeance", expérimentation à haut risque de notre cher Johnnie To d'injecter des éléments occidentaux dans son système si formidablement clos et chinois, on craint le pire : n'ayons pas peur de le dire, Johnny Hallyday est absolument ridicule, et chaque mot qu'il prononce donne envie de fuir la salle… Heureusement, son rôle étant largement muet, on peut se concentrer sur le scénario simple mais brillant de To, sans parler de ses idées, toujours aussi merveilleuses, de mise en scène (je pense au gunfight au... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 05:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
25 mai 2009

"La Tour au-delà des Nuages" de Makoto Shinkai

Ce que cette "Tour au-delà des Nuages" démontre amplement, c'est que l'anime japonaise n'a rien à envier au cinéma traditionnel en ce qui concerne l'intelligence de la mise en scène, la beauté des images ou la subtilité des sensations évoquées (merveilleuse suspension d'une soirée d'été qu'on souhaiterait éternelle) ou des sentiments (ici, la nostalgie liée à la fin de l'immunité de l'enfance, et la "crainte de perdre" quelque chose qu'on ne savait même pas posséder). Mais, ce que ce beau film un peu raté prouve... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 06:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,