14 mars 2009

"Le Premier Cercle" de Laurent Tuel : le polar français ne se porte pas mieux...

A la question : "le polar français se porte-t-il mieux ?", ce "Premier Cercle" apporte une réponse mitigée : on en appréciera la sobriété et le refus d'un spectaculaire à l'américaine, et ce d'autant que le "non jeu" des acteurs peut évoquer l'époque royale d'un Melville. Par contre, force est de constater que l'insignifiance d'un scénario qui n'est qu'un assemblage d'incohérences et de clichés, ainsi que le manque de conviction général (la palme du pire revenant à la potiche Vahina Giocante,... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 05:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 mars 2009

"Gran Torino" de Clint Eastwood

"Gran Torino" permet à Eastwood, à l'approche de ses 80 ans, de prouver que la maîtrise - incontestable - acquise depuis une quinzaine d'années à la direction de films ambitieux, peut être mise au service d'un film populaire, à la fois merveilleusement divertissant (les grondements et les grimaces parodiques d'Eastwood-acteur atteignant même la légèreté de la farce) et parfaitement lucide quant aux véritables défis de notre société "en crise" : difficultés d'intégration des populations déplacées, tentation du repli... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 06:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
03 mars 2009

"Une nuit à New York" de Peter Sollett

On peut croire que c'est le succès de "Juno" qui a directement inspiré ce "Une nuit à New York" : même acteur, le craquant Michael Cera, qui n'a rien à faire, même playlist de rock indie US - qui du coup devient (quasiment) LE sujet du film. Car le scénario aligne paresseusement les clichés de n'importe quelle comédie romantique, sans la moindre conviction d'ailleurs, les appliquant dans un milieu rock-gentillet sans craindre le moins du monde le "hors sujet", pourtant évident... Car, si l'on peut trouver... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 06:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 février 2009

"Benjamin Button" de David Fincher

"Benjamin Button" se présente comme un grand film romantique, ce qui se traduit par une succession de scènes à fort pathos (oui, on versera un torrent de larmes pendant ces presque 3 heures d'une vie à rebours), construit sur un "pur concept" (Benjamin vit son existence à l'envers du reste de l'humanité, et le film nous propose d'être témoin des conséquences de cette bizarrerie). Bref, un film malin qui essaye, sous la férule magistrale de Fincher, de concilier charme éternel et jeux post-modernes. Las ! Le film ne... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 06:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 février 2009

"Milk" de Gus Van Sant

Si l'on savait Van Sant capable de faire briller son "génie" même au sein des machines hollywoodiennes les plus standardisées, on ne pensait pas qu'il avait encore envie de livrer ce genre de combats. Mais on comprend qu'il a abordé "Milk" non comme un simple "biopic" - même s'il en respecte scrupuleusement les codes - mais comme une profession de foi, mêlant magnifiquement nécessité du militantisme et amour - communicatif - pour la vie, l'amour, le sexe. "Milk" est donc un film réussi sur tous... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 février 2009

"The Wrestler" de Darren Aronofsky

"The Wrestler", c'est Rocky filmé par les Frères Dardenne. Un Rocky interprété par lui même, et non par un acteur. Bref, le film d'Aronofsky, malgré toutes ses indéniables qualités - s'intéresser à l'Amérique des perdants, de la misère sociale, physique et morale - sans l'analyser ni la juger, sans en tirer de leçon, ni politique, ni psychologique - reste une machine - trop intelligente pour son propre bien - à fictionner en utilisant tous les ressorts possibles (le parcours "christique", clairement exprimé, du... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 février 2009

"The Reader" de Stephen Daldry

Que c'est bien de n'avoir absolument rien lu sur un film quand on va le voir ! Pour "The Reader", cette ignorance bénie nous place exactement dans la même position que son personnage principal, le jeune Michael, découvrant l'insoutenable vérité sur la femme de sa vie : après une très belle introduction narrant un dépucelage (sexuel, amoureux, intellectuel) d'une manière plus directe et fine qu'il est de coutume à Hollywood, "The Reader" dévoile alors au spectateur affolé son coeur noir : théorique, philosophique... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 06:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 février 2009

Un exemple de vrai cinéma du milieu : "Nights in Rodanthe"

Il est facile d'oublier, vu depuis Paris et sa culture cinéphile pointue, qu'il est existe un vaste "cinéma du milieu", planétaire qui plus est, racontant de manière classique des histoires réconfortantes, avec des acteurs sans génie mais éminemment populaires (Richard Gere en est un bon exemple...), loin de toute ambition artistique. Le genre de film comme "Nights in Rodanthe" qui n'apporte rien qu'une heure et demi de distraction vaguement détachée, un sourire par-ci, une larme d'émotion un peu automatique par... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 05:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 février 2009

"Volt", le nouveau Disney ou le dernier Pixar ?

"Volt" est le meilleur Disney depuis "Kuzco", sans doute parce qu'il est le premier à bénéficier pleinement de la "Lasseter's Touch", et on y retrouve avec plaisir la base "conceptuelle" qui est la source des meilleurs films Pixar, logiquement mélangée à l'esprit Disney : glorification des valeurs traditionnelles de l'Amérique, encore une fois traversée en "road movie" par un groupe d'animaux hétéroclites, et sentimentalisme un tantinet facile. Il manque pourtant les habituelles... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 05:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
19 janvier 2009

"Slumdog Millionaire" de Danny Boyle

"Slumdog Millionaire" est un film qui n'a pas grand-chose d'aimable - pour moi, tout au moins, car on voit bien comment le soi-disant grand public peut se laisser "emballer" : d'abord le filmage toujours aussi imbécile, voire même répugnant lorsqu'il s'agit de parler des souffrances d'enfants, de Danny Boyle, l'un des pires réalisateurs qui soit, en clinquant très pub 80's et clips décérébrés ; ensuite, ce scénario faussement malin, mais rapidement ridicule de systématisme, construit sur une seule idée ("une... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 06:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]