23 mai 2007

Il y avait bien une faille !

On va voir un film comme "la Faille" pour la même raison qu'on lit un polar de Coben par exemple : on n'attend pas vraiment de "cinéma", seulement d'être embarqués dans une intrigue policière intelligente, et d'être scotché, puis mystifié par les rebondissements de rigueur. Las ! Il ne faut pas beaucoup de perspicacité pour comprendre très tôt la "solution" de l'énigme, ce qui nous condamne à une bonne heure d'irritation devant le manque de clairvoyance du "héros", par ailleurs magnifiquement... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 06:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 mai 2007

"Zodiac" de David Fincher... Corée : 1 USA : 0

Il est intéressant de regarder "Zodiac" comme un remake du chef d'oeuvre de BONG Joon-Ho, "Memories of Murder", tant le propos et la structure des 2 films sont similaires : à partir d'une véritable et célèbre affaire de serial killer, montrer comment l'impossibilité d'arriver à un résultat dans la poursuite du criminel conduit les enquêteurs au coeur d'un labyrinthe de déraison. Même rigueur (...bienvenue chez un Fincher d'habitude plus grossièrement outrancier) dans la reconstitution de l'enquête, même importance... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 21:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 mai 2007

Si Mizoguchi est Dieu...

Si Mizoguchi est Dieu, comme le soutient Skorecki, alors "l'Impératrice Yang Kwei Fei" doit être la meilleure manière de contempler son essence divine. Je n'avais vu de ce film jusqu'alors qu'une version pitoyablement dégradée, et pouvoir contempler les couleurs originales d'une oeuvre qui fut le "premier" travail d'un grand maitre japonais sur pellicule couleur, ajoute un incroyable choc esthétique au choc émotionnel "habituel" de cette sublime histoire d'amour (doublée d'une réflexion politique... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
13 mai 2007

L'Homme-Araignée loupe sa sortie...

Après ces 2 chefs d'oeuvre - mineurs mais indiscutables - qu'ont été "Spider-Man 1" et "2", il fallait qu'arrive le jour où l'intuition géniale de Sam Raimi (faire de Spider-Man la représentation ludique des tourments du passage à l'âge adulte, un peu comme "Harry Potter" - les livres - sont la chronique de nos années d'école) ne produise plus suffisamment de sens pour enchanter encore une énorme machine Hollywoodienne. Dans "Spider-Man 3", Raimi rate radicalement le passage de ses héros - plus... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 08:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
07 mai 2007

"Nature morte" ou "Encore de la Vie" ? - Still Life de Jia Zhang-Ke

"Still Life" poursuit le travail politique - unique en Chine, tout au moins vu d'ici - mené par Jia Zhang-Ke, de réflexion sur la profonde transformation de la société chinoise s'ouvrant au monde et à la modernité (tout en demeurant le pays d'une bureaucratie communiste cruelle !) : comme "A l'Ouest des Rails" de Wang Bing, "Still Life" parle du lien social défait et de la simple humanité qui se délite sous les coups du Politique. Zhang-Ke emprunte cette fois la forme brute du documentaire, ou tout au... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
18 avril 2007

Ridicule

Les films français s'inspirant de notre "glorieux patrimoine culturel" ont rarement été des chefs d'oeuvre (reviens-nous, Sacha Guitry, reviens-nous !), tant leur sujet "immortel" parait justifier la plus grande paresse intellectuelle comme artistique chez des producteurs ou des réalisateurs qui s'estiment dédouanés de cuisiner autre chose que du "confit d'histoire". "Jean de la fontaine" est encore pire que la moyenne, et ne livre même pas le minimum syndical (disons de la belle image et de... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 06:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 avril 2007

La Corée, nouveau paradis du cinéma, a le cinéma militant qu'elle mérite...

"Le Vieux Jardin" est un film trompeur, qui construit avec une infinie délicatesse une fresque politique et humaine d'une vraie profondeur derrière ce qui parait longtemps un mélodrame classique. A la manière du crayon de l'artiste sur la toile grossière - une image superbe qu'IM Sang-Soo nous offre non loin de la conclusion du film -, c'est en repassant patiemment sur des images et des sensations anodines que se crée le portrait... d'un homme, d'une femme, d'un couple, d'une génération toute entière sacrifiée cruellement... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 06:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
09 avril 2007

Gloire à Hugh Grant !

Les comédies romantiques et populaires réussies sont suffisamment rares pour que l'on insiste sur la mini-réussite de ce "Come Back" aussi réjouissant que modeste : les vrais moments de bonheur du spectateur sont certes surtout dûs à Hugh Grant, devenu avec le temps un vrai acteur, aussi subtil que profond (tout en restant aussi irrésistible), mais les dialogues ébouriffants injectent un humour anglais tout en férocité légère, régénérant les ressorts très usés d'une intrigue cousue de fil blanc (... mais cet évident respect... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
01 avril 2007

La malédiction de la fleur dorée

On avait adoré son "Hero", admiré son "Secret des Poignards Volants", on fera moins de cas de "la Cité Interdite", qui voit Zhang Yimou monter d'un cran dans la surcharge décorative et l'emphase guerrière : malgré la beauté stupéfiante de l'image, à moins que cela ne soit à cause d'elle, la poésie trépasse, et jamais ne se produit ce frémissement éblouissant de l'âme qui élevait "Hero" vers le statut de chef d'oeuvre. On me dira que ce sentiment d'étouffement est parfaitement en adéquation avec... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
28 mars 2007

Revoir le "Dahlia Noir", de Brian De Palma...

Ayant relu entre-temps le chef d'oeuvre absolu de James Ellroy, cette seconde vision de "Dahlia Noir" s'est automatiquement transformée en une analyse comparative, qui ne tourne évidemment pas en faveur du film de Brian De Palma : certains choix scénaristique inexplicables (la réduction de la seconde partie du livre, la plus hantée, la plus sublime, à quelques scènes explicatives ridicules) condamnent à la fois la compréhension de l'énigme pour qui n'aurait - le malheureux - pas lu le livre, et la sympathie de tout spectateur... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,