13 mars 2009

"Le Serment des Limbes" de Jean-Christophe Grangé

Lire un bouquin de Grangé, avec ses montées en puissance hystériques et ses descentes en vrille dans les enfers vaguement grotesques de la psyché humaine, c'est un peu comme écouter un groupe de death metal un peu inspiré. Ça impressionne et ça fatigue aussi. Et dès le cinquième morceau, on a compris comment tout cela est construit, l'excitation de la première surprise peut faire place, soit à l'ennui vaguement écoeuré (tout cela est vraiment de mauvais goût, décidément !), soit au plaisir un tantinet masochiste de... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 05:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

02 mars 2009

"Un Homme" de Philip Roth

Il y a des livres qui ne sont pas agréables à lire, mais qui n'en restent pas moins nécessaires. "Un homme" voit le génialissime Roth affronter la plus terrible aventure de l'homme, celle qui le confronte à son corps déclinant, à l'aliénation de la vieillesse, à la perte amère de tout ce qui lui a importé, à l'horreur stérile du néant. "Un homme" parle de cette tragédie aussi banale qu'insoutenable (les descriptions froides et cliniques des interventions chirurgicales ne réjouiront pas la plupart... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 05:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 février 2009

"Destroy!" d'Alvin Gibbs

Quand on a eu 20 ans en plein milieu de la révolution punk, cette période glorieuse de l'histoire de la musique, de la mode et de la culture populaire reste forcément "la référence" ultime, sans nostalgie ni posture revancharde d'ancien combattant. Inutile de dire donc qu'on se jette sur ce "Destroy ! L'histoire définitive du punk", écrit par l'un de ses acteurs, mineurs certes mais acteur quand même (Alvin Gibbs, bassiste des UK Subs, groupe sans talent mais fort renommé de la "seconde génération" du... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 06:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 février 2009

"Doggy Bag - Saison 5" de Philippe Djian

Alors, comme ça, ce diable de Djian pousse le perfectionisme dans son concept de "série TV écrite" jusqu'à réaliser une "mauvaise saison", une de celles qui mettent les fans en fureur et font irrémédiablement baisser l'audimètre ! Eh oui, cette cinquième saison de Doggy Bag est tout simplement médiocre, entre stagnation pénible des relations entre les personnages et recours à une ou deux idées-choc qui ne sont pas bien bonnes : des crises de lévitation de Victor à l'ours enragé décimant la paroisse (pas d'ellipse,... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
17 février 2009

"Temps Mort" : pourquoi on n'en a toujours pas trop marre de Coben...

Quand il raconte les aventures de Myron Bolitar (quel nom !), Coben essaye de ne pas être Coben, et il remplace son style passe-partout d'écrivaillon de polars de gare par un style encore plus vulgaire, à la fois hilarant de méchanceté inventive ("l'air avait la transparence d'un rideau de douche crasseux", "ici, la rénovation urbaine était un concept à peu près aussi familier que le voyage temporel", etc.), et largement consternant (régulièrement réactionnaire, xénophobe et anti-jeune)... Mais Coben reste Coben,... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 06:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
15 février 2009

"Drama City" de George P. Pelecanos

Pelecanos produisant (au moins) un nouveau roman chaque année, sans parler de sa participation - notable et très "lisible" - à la grande série US, "The Wire", difficile d'éviter une certaine usure dans notre intérêt pour ses fictions déterministes et ultra-réalistes. "Drama City" est donc une nième visite guidée d'une société en pleine perdition, celle de la classe moyenne (et moins) noire de Washington. Victimes quasi-consentantes d'un destin qui ne leur réserve que la prison, la déchéance et la mort - violente -, les jeunes (ou... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 05:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

30 janvier 2009

"Poetic Justice" d'Elliott Murphy

La surprise qui nous saisit en commençant la lecture de "Poetic Justice", c'est qu'on n'y retrouve pas grand-chose du Murphy qui nous enchante depuis plus de trente ans avec ses ballades romantiques et son rock'n'roll élégant. Pas de belles amoureuses perdues dans la nuit ici, ni de chuintement des limousines sur l'asphalte mouillée, juste l'apparition un peu fantômatique d'un lost poet, Walt Whitman, dont les poèmes soutiennent la trame narrative de ce... western ! Un western des plus traditionnels, qui aligne les... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
20 janvier 2009

Zweig retrouvé : "Le Voyage dans le Passé"

La vie peut être belle, et de façon inattendue : voilà qu'on retrouve un texte inédit de Stefan Zweig, et tout permet alors de croire - au moins quelques instants fugaces - aux miracles. Peut-être un jour, le destin ressortira-t-il ainsi de son chapeau un album inconnu de Tintin par Hergé ? Bon, soyons réalistes, voici une petite centaine de pages seulement d'une nouvelle qui n'a pas, quoi qu'en dise la préface, la beauté irradiante des grands textes de Zweig. Non, mais quand même... Car tout est bien là, au point qu'il... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 06:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 janvier 2009

"La Belle Vie" de Jay McInerney : le 11 septembre n'a pas eu encore son grand roman...

Une déception pour moi que cette première lecture d'un livre de Jay McInerney (oui, à ma grande honte, j'avoue n'avoir jamais lu le célébrissime "Bright Lights, Big City !", juste vu le triste film qui en a été tiré !), un auteur régulièrement comparé à Brett Easton Ellis. Une comparaison incompréhensible, car je n'ai trouvé dans "La Belle Vie" qu'une chronique ultra-conventionnelle des déboires conjugaux et familiaux de couples hyper-branchés et hyper-bourgeois de Manhattan, accumulant les situations les plus... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 06:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 novembre 2008

"Zombies" de Bret Easton Ellis : il n'est jamais trop tard...

J'avais loupé "Zombies" à sa sortie, je ne sais pas pourquoi. Sans doute étais-je ailleurs, insouciant, et lire Bret Easton Ellis m'aurait trop douloureusement rappelé que le soleil cache mal l'horrible vide de l'existence, ce genre de platitudes fondamentales que seuls les vrais écrivains savent rendre lisibles. Peut-être aussi avais-je zappé parce que l'on m'avait dit qu'il s'agissait de nouvelles, un genre qui ne m'attire pas particulièrement. Sauf que chez Bret Easton Ellis, les choses ne sont jamais aussi simples, et... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 05:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :