06 août 2007

Hot Fuzz : les Anglais frappent aussi fort que Bruce Willis (nag nag nag !)

Après la réussite de "Shaun of the Dead", la joyeuse équipe Wright/Pegg passe la vitesse supérieure avec ce "Hot Fuzz" aux ambitions similaires : il s'agit encore une fois ici d'une lecture "conceptuelle" du cinéma de genre US (cette fois le cinéma d'action "bourrin"), en en démontant les mécanismes formels stéréotypés tout en lui faisant véhiculer un discours politique engagé (cette fois, sur le minable et criminel repli sur soit de nos sociétés sécuritaires). L'intelligence du procédé vient du... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 11:14 - - Permalien [#]

05 août 2007

Si vous n'étiez pas à Glastonbury le 22 Juin dernier... (Arcade Fire)

La nuit descend sur la foule immense de Glastonbury, les drapeaux s'agitent, et sur scène, il y a le groupe le plus passionnant du moment (à moins qu'il ne s'agisse simplement du meilleur groupe de Rock du monde en ce début de siècle ?) : si cela ne ressemble pas au bonheur, qu'est-ce que c'est alors ? Sur la scène, c'est ce chaos paradoxal auquel Arcade Fire nous ont désormais "habitués" : Win Butler habité, Régine Chassagne qui agite ses bras et chante TOUTES les paroles - même quand ce n'est pas à elle -, les deux fous... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:36 - - Permalien [#]
Tags :
04 août 2007

Vive l'anarchie avec John McLane

Avouons-le, la 1ère partie de "Die Hard 4" est littéralement "jouissive", mettant en scène le fantasme suprême du citoyen moyen, la destruction complète des systèmes informatiques de l'État, de ses finances à ses moyens de police : même si le scénario se barde du discours anti-terroristes convenu, la construction du message de ceux-ci à partir de fragments d'allocutions présidentielles, dont l'un des fameux "speeches" de Bush sur l'Irak, laisse place assez finement à la volupté de l'instauration d'une... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:57 - - Permalien [#]
03 août 2007

Revoir l'un des plus beaux films des années 90 : "Chungking Express"

Il est des films que l'on peut revoir cent fois, pour le plaisir exquis de l'intelligence qu'ils dégagent, de la beauté de leurs trajectoires comme de la pertinence de leur désespoir léger : "Chungking Express" est de ceux-là, qui fait résonner nos tragédies intimes (solitude, trahison, rendez-vous manqués) comme nos choix quotidiens (Caesar salad ou poisson frit ? Exil ou abandon ?) avec ceux d'une poignée d'habitants stressés ou perdus de Hong Kong. Ils sont jeunes et beaux, plus que nous, avalent des boîtes d'ananas... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 08:22 - - Permalien [#]
30 juillet 2007

Trolls de Troy - Les enragés du Darshan

J'ai un temps espéré que la série "Trolls de Troy", lorsqu'elle serait arrivée au zénith, deviendrait "l'Astérix" de notre époque : la similitude du thème (un petit village de guerriers invincibles qui résistent en rigolant et en ripaillant à toutes les agressions du monde extérieur) et les tentatives régulièrement couronnées de succès d'Arleston d'injecter un humour anachronique dans ses épopées, alliées à un joli sens de la BD populaire (ce qui n'est nullement péjoratif ici), faisaient que je retrouvais un peu... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:40 - - Permalien [#]
29 juillet 2007

La franchise Potter à l'écran : plutôt un bon cru...

La première scène - déroutante et épatante - laisse entrevoir ce que le regard neuf d'un jeune réalisateur issu de la télévision comme David Yates peut apporter à la "franchise" cinématographique Harry Potter : las ! Il ne s'agit que d'un leurre, et bien vite, la machine "hollywoodienne" impose son esthétique, convenue et saturée d'effets spéciaux, et son rythme. Pourtant, "l'Ordre du Phenix" étant le plus raté et le plus ingrat des livres de J.K. Rowling, le scénario du film arrive à la fois à évoquer... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 08:13 - - Permalien [#]
Tags :

28 juillet 2007

Séance de rattrapage - Paprika de Satoshi Kon

A la manière de "Ghost in the Shell", "Paprika" nous confronte à un scénario tellement complexe, vertigineux et, pour tout dire, incompréhensible (peu d'éléments rationnels auxquels se raccrocher...), que nous ne pouvons être que déroutés par le dernier Satoshi Kon, qui nous avait habitués dans ses chefs d'oeuvre antérieurs - et même dans le plus conceptuel et ornirique d'entre eux, "Millenium Actress" - à des scénarios bien plus traditionnels. Mais le plaisir pris finalement à "Paprika" résulte... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:37 - - Permalien [#]
Tags : ,
23 juillet 2007

Arctic Monkeys et Arcade Fire à Nîmes le 22 Juillet 2007

C'est Gilles B. qui avait eu l'idée et nous avions suivi avec enthousiasme : pourquoi ne pas descendre un week-end à Nimes pour assister à un concert du meilleur groupe du monde, Arcade Fire ?... a priori impossible de refuser ! En fait, la descente de Paris fut assez difficile, et je n'avais pas réalisé que le Samedi 21 juillet, deux millions de Hollandais et leurs caravanes chargées jusqu'au toit de provisions achetées au Hard Discount se rueraient aussi vers le Sud. L'arrivée à Nimes, sinistre bourgade désertée par ses habitants,... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 10:44 - - Permalien [#]
Tags : ,
22 juillet 2007

La Maison de Nîmes

Je ne sais pas très bien ce que vous iriez faire à Nîmes, petite ville méridionale sans grand charme (le Pont du Gard peut-être ? Les arènes ?), mais si, comme nous, vous vous trouvez coincés un soir là-bas, n'hésitez pas à aller faire bombance à "La Maison" (3 rue de la République, à deux pas donc des Arènes). Vous y touverez tout ce dont vous devez rêver : une cuisine qui cherche à transcencer ses origines sans les renier, mais qui ose des combinaisons plus typiques de restaurants gastronomiques ; un patron, Fabien,... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 10:49 - - Permalien [#]
21 juillet 2007

Arrêtez-vous à Palomar City !

A Palomar City, toutes les femmes sont superbes, et aussi complètement folles, mais de cette folie qui confine à une infinie sagesse. A Palomar City, tous les hommes ne sont guère que de misérables créatures condamnées à ramper aux pieds de ces femmes magnifiques. C'est dire combien Palomar City est la métaphore absolue d'une humanité aussi balottée par ses désirs sexuels torrides que dévastée par son incapacité essentielle à aimer. Palomar City, au coeur d'un Mexique aussi primitif et miséreux qu'éternel, ressemble beaucoup à la... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 11:33 - - Permalien [#]
Tags :