03 février 2011

Réécoutons les classiques du Rock : "Get Yer Ya-Ya's Out" des Rolling Stones (1970)

C'est avec "Get Yer Ya-Ya's Out" que, en 1972, j'ai pour la première fois "compris" les Stones, malgré (à cause ?) de ce son si pourri, si étrange - d'ailleurs remarquablement amélioré sans y perdre pour autant son essence sur cette belle version vinyle remastérisé : j'ai touché du doigt l'héritage dévoyé du Blues et l'hommage respectueux à Chuck Berry, j'ai senti l'audace qu'il a fallu à Jagger pour que sa musique s'imprègne aussi franchement de souffre (... et de foutre ?), mais aussi l'avidité roublarde avec... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 06:55 - - Permalien [#]
Tags :

02 février 2011

"Les Emotifs Anonymes" de Jean-Pierre Améris : seulement pour son couple d'acteurs...

"Les émotifs anonymes" commence mal, très mal même, entre chromo désuet et laid d'une France figée dans un passé rance, et blagues faciles sur les poncifs de la timidité, et on a envie de détester ce film sans envergure ni vraie idée. Et puis, petit miracle, l'incroyable générosité des acteurs, la finesse de leur jeu (Isabelle Carré est ici rien moins que sublime, et Poelvoorde, excellent, n'a plus qu'à se laisser porter) font atteindre au film des sommets inattendus d'émotion - légère, l'émotion, et c'est ce qui en fait sa... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 09:10 - - Permalien [#]
01 février 2011

"D'autres Vies que la Mienne" d'Emmanuel Carrère : bonheur et créativité, l'équation impossible ?

"D'autres vies que la mienne" pose - sans le vouloir ? - une question essentielle sur l'art : doit-on forcément souffrir dans la vie pour être créatif artistiquement ? Et la réponse est loin d'être claire : car en abandonnant ses fictions cérébrales et imprégnées de ses souffrances intimes, en admettant qu'il a trouvé (enfin) le bonheur dans la vie (dans l'amour...) et que pour ce faire, il a appris à regarder la souffrance et le bonheur d'autres gens, de gens plus simples, plus "normaux" aurait-on envie de dire,... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 18:57 - - Permalien [#]
Tags :
31 janvier 2011

Godspeed You ! Black Emperor à la Riviera (Madrid) le dimanche 30 janvier

Il flotte dans l'air un vague larsen, un bourdonnement à peine identifiable qui sort des amplis du groupe, curieusement disposés en demi-cercle : le concert de Godspeed You! Black Emperor a en fait déjà commencé, et le bourdonnement enfle lentement, s'enrichit de fréquences nouvelles quand les musiciens entrent sur scène un par un, sans un mot, s'affairant à leurs pédales d'effets pendant de longues minutes, pour ce qui paraît être des réglages de dernière minutes et qui est en fait la construction de ce premier morceau. La scène est... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 22:09 - - Permalien [#]
Tags : ,
29 janvier 2011

"The Promise" de Bruce Sprinsteen : et si...

Ainsi donc, en même temps qu'il travaillait à son oeuvre au noir, "Darkness On The Edge of Town, le Boss composait une ribambelle de chansons presque "pop",  ou en tout cas pleines de joie de vivre et d'énergie, souvent swinguantes, gorgées de gimmicks sensuels, chantées avec une fantaisie étonnante... et finalement reléguées aux oubliettes ! En 1978, Springsteen a donc choisi de nous faire voir une facette plutôt monochrome de son talent, avec un disque ("Darkness..." donc) qui a plus ou moins... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 16:06 - - Permalien [#]
Tags :
28 janvier 2011

"Work" de Shout Out Louds : ce qu'on appelle (en mauvais franglais) une musique "déceptive"

Cela fait peu de temps, personnellement, que je m'intéresse au rock scandinave, qui n'est souvent, reconnaissons-le qu'une copie du modèle anglais ou américain, sans qu'on puisse discerner une quelconque "identité régionale". Cette réserve faite (le manque de personnalité), il y a de plus en plus de groupes intéressants qui émergent, et Shout Out Louds, une fois épuisées les joies du petit jeu des ressemblances (du Cure gai ? du Go-Betweens lisse ?), nous aura tout simplement ravis avec son troisième album,... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 18:51 - - Permalien [#]

26 janvier 2011

Séance de rattrapage : "Splice" de Vincenzo Natali

Ce n'est pas que j'attendais beaucoup de Natali, le réalisateur sur-évalué du piètre "Cube", mais j'avais été séduit par les images que j'avais entrevues de Delphine Chanéac, monstre fascinant qui pouvait porter "Splice" vers un ailleurs Cronenbergien... La déception est grande quand on se trouve face à cette très petite Série B, fort prétentieuse au demeurant dans ses intentions de nous rejouer l'éternel film d'horreur en y ajoutant des éléments... euh... "intelligents" (le couple, la fidélité, la... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 06:08 - - Permalien [#]
Tags : ,
25 janvier 2011

Réécoutons les classiques du Rock : "Band On the Run" de Paul McCartney & Wings (1974)

En 74, nous écoutions Bowie, Lou Reed et les New York Dolls, et McCa avait littéralement perdu toute crédibilité à nos yeux, entre son amour sucré pour Linda, son nouveau groupe de ringards (Wings, beurk…) et une claire tendance à produire des chansons presque navrantes de simplicité. Personnellement, j'étais donc logiquement passé à côté de "Band on the Run", un disque à la vulgarité chatoyante que, très prétentieusement, je trouvais indigne de mes goûts musicaux. Les années ont prouvé que c'était là une opinion très... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 06:25 - - Permalien [#]
Tags :
24 janvier 2011

Révisons nos classiques : "Mary A Tout Prix" des Frères Farrelly

Depuis l'explosion de la "bombe Mary", on sait que les Frères Farrelly ont fait long feu, perdant peu à peu leur renommée au fil de films pas forcément ratés, mais qui ont peiné à construire sur les promesses de "... Mary". Et puis l'école Apatow, plus moderne, plus pertinente peut-être, plus "intelligente" sans doute, nous a fait oublier l'agressivité potache, mais aussi le courage (l'inconscience ?) dont ils font systématiquement preuve (voir cette désinvolture impensable avec laquelle ils... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 06:25 - - Permalien [#]
Tags :
23 janvier 2011

"Au-delà" de Clint Eastwood : un coup pour rien !

On est quand même pour le moins surpris de l'intérêt d'un Eastwood pour un sujet aussi niais, voire ridicule ("américain", comme il est dit par un personnage français dans le film) que celui de "Au-delà" ; on comprends mieux quand on voit le nom de Spielberg à la production, mais "le mal est fait". Non pas qu'Eastwood perde de sa crédibilité comme réalisateur (il accumule les scènes mémorables, les plus spectaculaires comme les plus intimes, avec une sûreté et une justesse de ton qui impressionnent... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 06:29 - - Permalien [#]
Tags : ,