19 décembre 2008

"Di Vino" - L'Italie dans le XVIe arrondissement ?

"Di Vino" aurait paraît-il la réputation d'être l'un des meilleurs restaurants de gastronomie italienne de Paris. Situé sur la discrète place de Mexico, au coeur discret du XVIè, il ne paie pourtant pas forcément de mine, avec son voiturier décontracté (mais cher, 8 Euros pour garer la voiture devant chez Mercedes à 55 mètres de là, ça m'apprendra à ne pas avoir pris ma moto ce jour-là !), sa porte métallique qui coince, et son décor pas différent du tout-venant des restaurants un peu prétentieux de Paris. Ce... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

18 décembre 2008

"Garbo Laughs !" : revoir "Ninotchka" de Lubitsch... et pleurer de bonheur !

Y a-t-il eu dans le cinéma meilleur réalisateur de comédie qu'Ernst Lubitsch ? Toujours cette question, à revoir "Ninotchka", soit 1 h 50 de bonheur, les larmes aux yeux, tantôt de rire, tantôt d'émotion, sans parler de ce sentiment magique qui vous envahit à réaliser, encore une fois, combien le Cinéma (majuscule, s'il vous plaît !) peut être un Art immense lorsque tant de talent est ainsi mis au service de l'intelligence... Il y a un scénario (Brackett) qui sait conjuguer comédie élégante, farce bouffonne, mélodrame... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 05:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 décembre 2008

Gogol Bordello au Bataclan le mardi 16 décembre

« Il faut se méfier des tsiganes à mon avis : voleurs de poules et de cœurs, apatrides, ils ont une tendance effrayante à semer le trouble et à mettre le feu partout où ils passent ! Bref, on ne peut nier que la combinaison est parfaite entre la riche culture tsigane et la rébellion punk, et encore plus parfaitement symbolisée par le Gogol Bordello de Eugene Hütz, groupe pas forcément exceptionnel sur disques, mais remarquable sur scène. Ou tout au moins, c'est l'impression que nous avait laissé leur excellent et bouillant set au... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 06:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
16 décembre 2008

"Burn After Reading", le retour des frères Coen : pas sûr que tout le monde rigole !

Si ce "Burn After Reading" ne peut que décevoir après le chef d'oeuvre absolu que constituait voici moins d'un an "No Country For Old Man", il n'en est pas moins, si l'on veut bien s'y pencher, un constat aussi fondamentalement pessimiste et formellement sec et brillant sur l'état de déliquescence de la société américaine, ou plutôt, et c'est pire mais plus juste finalement, des individus qui la composent (chacun d'entre nous peut aussi se sentir visé) : et le rire s'étrangle vite (ce qui fait que nombre de... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 06:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
15 décembre 2008

Triomphe de la fiction

Il n'y a rien de plus odieux que toutes ces théories conspirationnistes qui fleurissent de plus en plus (fruit nauséabond du net, malheureusement !), et que le cataclysme planétaire (oui oui) du 11 septembre attise particulièrement. Derrière un apparent souci de "vérité" se dissimulent (mal) les remugles d'un négationnisme toujours renouvelé, ravalant de manière systématique et ignoble les victimes au rang de coupables, exonérant donc pour le coup les criminels : on connait le processus, qui a toujours permis... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 05:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 décembre 2008

"21st Century Boys" - Vol 2 : Strike !

"Le monde ne finira pas dans un bang, mais dans un soupir".. Qui disait ça, déjà ? En tout cas, Urasawa a retenu le conseil, et termine la redoutable "intrigue" de son chef d'oeuvre sur un dernier retour en arrière, lui permettant de résoudre bien entendu l'ultime défi d'Ami (pas le plus passionnant, nous l'avons déjà dit), mais surtout de donner à chacun cette chance de rachat qu'il mérite. Le mot-clé de cette conclusion, c'est donc la générosité, voire le pardon, ce qui n'est pas si évident que celà.... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 05:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 décembre 2008

"Sugar Mountain" : Neil Young live en 1968, il y a 40 ans !

En 68, Neil Young a 23 ans, et n'est encore qu'un semi-débutant talentueux, mais incroyablement fragile, voire évanescent. Ce qu'on entend sur ce live, péniblement alourdi par les péroraisons assez niaises d'un Neil qui n'a pas encore ce méchant humour froid qui le caractérisera ensuite, c'est un presque post-adolescent qui naît u monde, qui a écrit des chansons encore assez pâlichonnes - mais nombreux sont ceux qui ont succombé et succombent encore à cette rêverie et l'évocation d'une certaine innocence enfantine -, et... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 05:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
12 décembre 2008

"Angel" de Lubitsch - fascinante curiosité...

"Angel" est une fascinante curiosité, qui nous offre la "Lubitsch's touch" dans toute sa magnifique intelligence, mais une "Lubitsch touch" à l'oeuvre sur un territoire plus indécis, voire théorique, à l'intersection exacte entre comédie (quelques dialogues brillants), mélodrame (Marlene resplendit, divisée - plus que déchirée, quand même, entre deux hommes également séduisants et aimés), et réflexion sur le conflit entre mariage et désir. Loin des lieux communs du genre - on peut toujours compter sur le... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 06:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
11 décembre 2008

"The Stand Ins" de Okkervil River

"The Stand Inns" est un disque impur et instable, ce qui en fait tout son charme : on y frôle souvent le sublime - lorsque soufflent les mânes de Jeff Buckley ou qu'on y évoque l'héritage ténu de Morrissey - et on y patauge dans une sorte de glaise bien triviale, celle des éternelles origines de la musique traditionnelle américaine. C'est que le folk bas du front d'où émerge Okkervil River, ses orchestrations tristement quelconques, et même ce lyrisme au petit pied que Will Sheff rameute régulièrement, sans parler de... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 décembre 2008

"Aux Sources du Z", le 50ème Spirou...

Après le désastre complet qu'avait constitué la reprise de la délicate franchise de Spirou par Morvan et Munuera, il y a eu une pause, que l'on imagine agitée et dédiée à des sessions de "brainstorm". "Aux sources du Z" est le résultat d'un travail de fond, dont on perçoit avec clarté les principes : allègement (salutaire) du mode de narration de Munuera, avec des cases plus grandes et plus de respiration dans l'action, et donc plus de lisibilité, scénario confié à un "pro", Yann, pour pallier aux... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 05:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :