23 janvier 2011

"Au-delà" de Clint Eastwood : un coup pour rien !

On est quand même pour le moins surpris de l'intérêt d'un Eastwood pour un sujet aussi niais, voire ridicule ("américain", comme il est dit par un personnage français dans le film) que celui de "Au-delà" ; on comprends mieux quand on voit le nom de Spielberg à la production, mais "le mal est fait". Non pas qu'Eastwood perde de sa crédibilité comme réalisateur (il accumule les scènes mémorables, les plus spectaculaires comme les plus intimes, avec une sûreté et une justesse de ton qui impressionnent... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 06:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

29 janvier 2010

"Invictus" de Clint Eastwood

Si "Invictus" ne figurera certainement pas parmi les plus grands films d'Eastwood, principalement parce que ses 30 dernières minutes, pour exaltantes qu'elles soient, ne dérogent pas d'un poil aux figures imposées du film "de sport", il reste néanmoins suffisamment de vrais "grands moments" de cinéma pour nous ravir, et ce comme peu de films savent le faire. Conjuguant une leçon eastwoodienne sur l'intelligence politique (qui pousse le film vers un domaine "théorique" un peu didactique mais... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 05:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
28 septembre 2009

Séance de rattrapage : "L'échange" de Clint Eastwood

Avec "l'Echange", projet ambitieux (rappeler à l'Amérique un temps pas si lointain où la barbarie régnait encore, et pas n'importe où, à deux pas d'Hollywood !), Eastwood ne réussit pas tout-à-fait un chef d'œuvre de plus dans sa filmographie, qui commence à en être pleine à craquer : il manque quelque chose - d'indéfinissable - pour que ce film-monstre (mélodrame sec, fresque politique soignée, film de procès, thriller naturellement ellroyien) nous emporte, malgré une magnificence permanente de la mise en scène (ah ! ces... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 05:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
08 mars 2009

"Gran Torino" de Clint Eastwood

"Gran Torino" permet à Eastwood, à l'approche de ses 80 ans, de prouver que la maîtrise - incontestable - acquise depuis une quinzaine d'années à la direction de films ambitieux, peut être mise au service d'un film populaire, à la fois merveilleusement divertissant (les grondements et les grimaces parodiques d'Eastwood-acteur atteignant même la légèreté de la farce) et parfaitement lucide quant aux véritables défis de notre société "en crise" : difficultés d'intégration des populations déplacées, tentation du repli... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 06:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :