17 août 2009

"Soul Eater 3" de Atsushi Ohkubo : délirant mais conventionnel...

"Soul Eater 3", comme les deux tomes précédents, alterne les moments de franc délire, assez sympathiques - on appréciera particulièrement l'épisode "Excalibur" qui désacralise avec un humour potache du meilleur effet l'un de nos mythes -, et les scènes finalement assez conventionnelles : on reste en effet ici fidèle aux codes habituels des récits d'arts martiaux, même dissimulés au cœur d'un univers "gothique" occidental, et "Soul Eater" n'est bien, derrière son explosive audace formelle, qu'un... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 06:04 - - Permalien [#]
Tags : ,

26 juillet 2009

"Les Amants du Spoutnik" de Haruki Murakami : Antonioni chez les fantômes japonais

Du côté d'Antonioni, Murakami nous parle ici de l'ncommunicabilité fondamentale entre les êtres (ces spoutniks qui gravitent lentement sur des orbites différentes, rendant toute vraie rencontre impossible), et du brouillage des sentiments, ses personnages semblant tous plus ou moins prisonniers d'une apathie émotionnelle empêchant la réalisation de toute véritable histoire d'amour. Mais comme Murakami est japonais, il ne résiste pas - et pourquoi le devrait-il ? - à la tentation de faire de son triste conte de triangle amoureux une... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 05:49 - - Permalien [#]
Tags : ,
18 juillet 2009

"Astro Boy - Anthologie 01" de Osamu Tezuka

Il suffit d'être clair : Tezuka est l'un des vrais génies de la BD et du dessin animé à la fois, au niveau des Disney, Miyazaki ou Hergé, et Astro Boy est son grand oeuvre. Il est aussi l'un des inventeurs du manga moderne, soit quand même l'une des formes de littérature dominantes en ce début de XXIè siècle. Tout cela est bien connu désormais, presque "institutionalisé", mais ne garantit pas pour autant notre plaisir à la découverte d'une oeuvre datant du début des années 50. Or, Astro Boy est tout simplement soufflant,... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 05:56 - - Permalien [#]
Tags : , ,
11 juillet 2009

"Un Zoo en Hiver" de Jirô Taniguchi : auto-biographie et mélodrame en mode mineur

Sans doute faut-il accepter que nous avons déjà lu le meilleur de Taniguchi, et que chaque nouveau livre du maître du manga "adulte" sera une légère déception par rapport à l'enchantement du "Journal de mon Père" ou de "Quartier Lointain". "Un Zoo en Hiver", auto-biographie des années de formation de Taniguchi comme mangakan commence de manière un tantinet plan plan, le classicisme parfait du dessin de Taniguchi ne contrastant pas assez avec la relative banalité de son sujet. Et puis, et puis,... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:13 - - Permalien [#]
Tags : ,
01 juillet 2009

"Soul Eater 2" de Atsushi Ohkubo : toujours aussi assommant !

"Soul Eater 2" se révèle - malheureusement - sans surprise par rapport au premier volume : dessins remarquables d'inventivité - surtout dans l'alternance de styles, du plus sophistiqué ou plus "punk" - au risque quand même de l'illisibilité ; scénario on ne peut plus basique, réduit pour le moment à une succession de combats dont les enjeux sont d'autant plus troubles qu'il est peu clair comment les héros peuvent "perdre", les blessures les plus extrêmes semblant sans impact sur eux. Entre le... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 05:23 - - Permalien [#]
Tags : ,
17 juin 2009

"Au Sud de la Frontière, A l'Ouest du Soleil" de Haruki Murakami

"Il me semble que j'ai toujours essayé d'être quelqu'un d'autre. Il me semble que j'ai toujours voulu aller vers des gens et des lieux nouveaux et différents, pour m'inventer une vie nouvelle, devenir un être au caractère différent." (Page 218 de l'édition 10-18 de "Au Sud de la Frontière, A l'Ouest du Soleil" de Haruki Murakami). Je m'interroge, comment Murakami a-t-il fait pour écrire un livre SUR moi, fils unique au demeurant, sans me connaître ? Et puis, en parcourant les commentaires d'internautes sur ce beau,... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 05:38 - - Permalien [#]
Tags : ,

07 juin 2009

"Soul Eater 1" de Atsushi Ohkubo

Première tentative pour ma part de me confronter au manga "ado", qui n'est pas forcément ma tasse de thé, évidemment, et j'ai choisi "Soul Eater", du fait de sa forte réputation en ce moment. Première impression : le style graphique incroyablement créatif et dynamique rend chaque page à la fois magnifique et difficilement lisible, jusqu'à ce que, naturellement, on s'habitue à sacrifier la compréhension "fine" pour n'en garder que l'impression de mouvement et d'imagination incessante. Seconde analyse :... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 06:05 - - Permalien [#]
Tags : ,
25 mai 2009

"La Tour au-delà des Nuages" de Makoto Shinkai

Ce que cette "Tour au-delà des Nuages" démontre amplement, c'est que l'anime japonaise n'a rien à envier au cinéma traditionnel en ce qui concerne l'intelligence de la mise en scène, la beauté des images ou la subtilité des sensations évoquées (merveilleuse suspension d'une soirée d'été qu'on souhaiterait éternelle) ou des sentiments (ici, la nostalgie liée à la fin de l'immunité de l'enfance, et la "crainte de perdre" quelque chose qu'on ne savait même pas posséder). Mais, ce que ce beau film un peu raté prouve... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 06:12 - - Permalien [#]
Tags : ,
21 mai 2009

"Monster 4" : 4 épisodes superbes...

Les 15 épisodes composant le quatrième volume de l'anime "Monster" souffrent - sans surprise - des mêmes faiblesses que leurs 45 prédécesseurs, par rapport en particulier à leur "source" : faiblesse d'une animation "cheap" qui ne retrouve pas le dynamisme visuel du manga, absence cruelle de cette tension et de cette excitation que sait si bien faire naître Urasawa dans ses récits. Mais ce sont évidemment aussi les ficelles qu'Urasawa lui-même utilise dans son œuvre qui sont exposées ici : le foisonnement... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 06:36 - - Permalien [#]
Tags : , , ,
27 avril 2009

"Still Walking" de Hirokazu Kore-eda

Portrait délicat et en demi-teintes des tensions internes d'une famille japonaise - mais évidemment universelle (chacun d'entre nous méditera à loisir sur ses propres déficiences de père / mère, fils / fille ou frère / sœur au long de ces deux heures parfaites, et régulièrement émotionnellement éprouvantes) -, "Still Walking" évoque immanquablement Ozu, sans pourtant en atteindre le génie éblouissant. Comme chez Ozu, il y a chez Kore-eda ces instants véritablement magiques où une sorte de lumière sereine - et infiniment... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 06:38 - - Permalien [#]
Tags : ,