16 mars 2011

"Sans laisser d'adresse" de Harlan Coben : on change de ton chez Myron Bolitar !

Sera-ce le dernier Coben que je lirai ? Pas impossible, tant on frôle la redite quand il s'agit de disparitions et de réapparitions familiales, de passé mensonger, etc. D'autant que, sans doute conscient du besoin de se renouveler, Coben nous invente une histoire sans queue ni tête, pleine de trous et d'invraisemblances ridicules, autour du terrorisme et de la réponse américaine : en soi, cela pourrait être louable, sauf que Coben, toujours aussi réactionnaire, en profite pour justifier en passant la torture et le kidnapping de... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 06:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

02 octobre 2010

"Peur Noire" de Harlan Coben : Myron Bolitar entre San Antonio et les tendances fascisantes de Coben...

Si la série des Myron Bolitar est nettement supérieure aux polars "classiques" de Harlan Coben, malgré le tissu d'invraisemblances encore plus épais qui la recouvre, c'est bien à cause de l'humour grossier qui nous est servi à la pelle, du langage trivial utilisé, et de la galerie de personnages truculents, toutes choses qui pourraient rappeler ce que Frédéric Dard faisait avec ses "San Antonio"... Sauf que, malheureusement, Coben s'arrête avant de franchir la frontière du mauvais goût. Et que son très... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 06:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
10 juin 2010

"Sans un mot" de Harlan Coben

Avec "Sans Un Mot", Coben renouvelle partiellement sa thématique habituelle, largement engluée dans l'éternel retour des secrets de famille, et dans les pièges d'un passé resurgissant... Reste que le vieux fond réactionnaire de Coben est bel et bien là, caché (mais pas trop) derrière son puritanisme bien pensant : l'Internet, c'est dangereux, le sexe hors de l'amour, c'est pervers, etc. etc. Le tout s'avère fatigant, sans même parler de la volonté de tout résoudre, tout relier à la fin, alors que l'un des charmes du sujet de... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 06:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
12 avril 2010

"Mauvaise Base" de Harlan Coben : oui, je préfère Myron Bolitar !

Je me demande maintenant si je n'aime pas mieux dans "l'oeuvre" de Coben sa saga Myron Bolitar plutôt que sa veine "sérieuse" de polars, qui tournent toujours désormais autour des mêmes cauchemars "familiaux" (disparition, mystère de la personne qu'on aime et qu'on croyait connaître, crime remontant d'un passé enfoui, etc.)... En écrivant cela, je me rends compte que même les "Myron Bolitar" ne dévient pas vraiment de ce programme, qui devient pour le moins lassant... Et "Mauvaise... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 05:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
14 juin 2009

"Dans les Bois" de Harlan Coben - La recette du succès

C'est quand même assez fascinant de réaliser que tant d'années et de bouquins après "Ne le Dis à personne", on continue (presque) tous à dévorer la production de Coben dès sa sortie (en poche quand même, il ne faut rien exagérer, on ne mettrait pas plus de quelques euros dans ce genre de plaisanterie). Alors que ces polars sont littéralement écrits avec les pieds (à moins que ça soit la traduction, mais je n'y crois pas trop...), alors qu'ils sont visiblement le fruit pourri des techniques de creative writing assistée par... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 06:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
17 février 2009

"Temps Mort" : pourquoi on n'en a toujours pas trop marre de Coben...

Quand il raconte les aventures de Myron Bolitar (quel nom !), Coben essaye de ne pas être Coben, et il remplace son style passe-partout d'écrivaillon de polars de gare par un style encore plus vulgaire, à la fois hilarant de méchanceté inventive ("l'air avait la transparence d'un rideau de douche crasseux", "ici, la rénovation urbaine était un concept à peu près aussi familier que le voyage temporel", etc.), et largement consternant (régulièrement réactionnaire, xénophobe et anti-jeune)... Mais Coben reste Coben,... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 06:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
28 janvier 2008

Pourquoi lit-on les polars de Harlan Coben ? ("Du Sang sur le Green")

Oui, pourquoi lit-on ce genre de livres (romans de gare, selon la dénomination habituelle... péjorative, mais bien objective, car voici un livre forcément acheté dans un Relay de la Gare du Nord et littéralement "dévoré" en deux allez-retours en TGV...) ? Parce que lire des polars bien construits est finalement une sorte de sudoku en plus plaisant (les frissons en plus de la gymnastique intellectuelle...) ? Parce que le crime est définitivement l'activité humaine la plus fascinante ? Parce que, tout simplement, on trouve entre ces... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 05:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
30 juin 2007

Séance de rattrapage : "Ne le Dis à Personne" - le polar US vu par Canet

Si l'on ne peut que se réjouir de voir un best-seller de Coben échapper à Hollywood et avoir droit au "traitement français", il faut bien dire que le résultat nous laissera pour le moins dubitatifs. L'enthousiasme de Canet se traduit à la fois par une pénible débauche d'effets de mis en scène, qui détournent l'attention de l'énigme complexe du roman, sans apporter profondeur humaine ou sensorielle particulière, et par une naïveté au mieux sympathique, au pire hilarante, dans le traitement qu'il veut visiblement incandescent... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 23:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :