The_Scottish_PlayEtant largement passé à côté de Wire à l'époque où ils ont été les plus "influentials", il est intéressant d'aborder ce groupe "séminal" à rebours, depuis le point de vue d'un impressionnant concert donné en 2009 à Madrid. 5 ans plus tôt, Bruce Gilbert est encore là, et influence considérablement et le son et le style du groupe, entre sa guitare au son électronique et son austérité refroidissante, on sent qu'il cantonne Wire dans les limites définies dès les débuts du groupe, celles d'un post punk froid, dont la sauvagerie est tempérée par un esprit expérimental parfois jusqu'au-boutiste. L'austérité de l'approche et la qualité assez moyenne de l'enregistrement font que ce Live dispense finalement peu de plaisir, mais impressionne quand même durablement.

Sur le DVD joint, l'enregistrement filmé du concert de Wire au Triptych Festival de Glasgow, plutôt sombre et austère, vaut surtout pour ses 14 minutes de bonus qui nous montrent des extraits - très impressionnants - d'un concert-installation au Barbican de Londres : la designer Es Devlin a eu l'excellente idée d'enfermer chaque musicien dans une sorte de boîte éclairée de l'intérieur et sur laquelle peuvent être projetées des images, comme celles de la bouche de Colin Newman en train de chanter. Si l'on imagine que la dynamique du groupe a pu en souffrir, le concept de cette installation fonctionne formidablement bien pour illustrer la musique claustrophobe, paranoïaque et clinique de Wire, qui en devient du coup infiniment plus spectaculaire et prenante. Remarquable !