09 août 2008

"Wall-E" : Pixar au sommet, et nous aux anges ! Quelle claque ! Quel film !

On l'espérait sans vouloir y croire, surtout depuis l'absorption de Pixar au sein du concurrent Disney, et le relatif affadissement conceptuel constaté depuis deux films, et nous y voilà : Lasseter & Co ont fini par réaliser le chef d'oeuvre dont ils étaient capables. "Wall-E" est un rêve de film - même s'il s'agit d'un rêve éprouvant, voire même d'un cauchemar pour peu qu'on soit sensible aux thèmes écologiques qui le fondent -, réunissant à la fois le Kubrick de "2001" et le Chaplin des "Temps... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 22:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

29 juillet 2008

"The Dark Knight" : Impressionnant !

"The Dark Knight" est un film aussi important que frustrant. Important, impressionnant même souvent, parce qu'il affronte avec pertinence et honnêteté les vraies questions morales et politiques avec lesquelles se débat l'Amérique depuis le 11 Sept, et que l'ombre de la catastrophe plane, effroyable et tétanisante sur quasiment chacune de ses scènes : le mélange de noirceur apocalyptique et de questionnement fiévreux sur le rôle de chacun - institution ou individu - face au désastre du terrorisme fait du film de Nolan... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 22:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
25 juillet 2008

"Run, Fatboy, Run" de David Schwimmer et Simon Pegg

J'aime bien Simon Pegg, auréolé des réussites qu'on constitué "Shaun of the Dead" et "Hot Fuzz", sorte d'illustration au goût du jour (comprenez en slacker) de l'homo britannicus éternel, tout au moins telle que l'Angleterre n'en finit pas de se rêver : entre auto-dérision permanente et croyance obstinée en sa capacité de résister au monde, Pegg parcours dans "Run Fatboy Run" le trajet caricatural du prolétaire des "feel good movies" des années post-Thatcher ("the Full Monty",... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 21:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 juillet 2008

Séance de rattrapage : "Shine A Light" de Martin Scorsese

"Shine a Light" ressemble à un concert de rock, a le goût d'un concert de rock, mais n'est pas un concert de rock. Dans la salle : un public de beautiful people bien éduqués, autour de Bill et Hillary Clinton. Sur la scène, le meilleur groupe de rock du monde en 1970, soit il y a près de 40 ans, occupé depuis à jouer et rejouer des chansons impeccables, immortelles peut-être, tant de fois que tout cela ne ressemble plus à grand chose aujourd'hui (d'ailleurs, Keith, un peu pathétique, n'arrête pas d'en rire). Et puis... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 20:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
20 juillet 2008

"Voyage au Centre de la Terre" d'Eric Brevig. Où sont les lunettes ?

Passons sur l'escroquerie manifeste que constitue le lancement en grandes pompes d'un nouveau procédé "révolutionnaire" de "cinéma en relief", alors que l'on découvre à l'entrée de la salle qu'il s'agira d'une projection normale, et que seulement 2 salles à Paris sont en fait équipées pour le nouveau système... Et parlons (juste avant de le rayer de nos mémoires) de ce film "lambda" pour enfants, qui se contente de revisiter paresseusement la trame du "Voyage au Centre de la Terre" de Jules... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 23:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 juillet 2008

"Hancock" de Peter Berg

Il est toujours rassurant de constater qu'il nait des films singuliers au coeur même de l'industrie de divertissement hollywoodienne, et "Hancock" est un exemple d'incongruité, entre scénario à tiroirs qui impose un changement de ton surprenant à la mi-film (on est quand même du côté de "Heroes" et de sa mythologie réinventée) et filmage "réaliste" contrastant avec l'inévitable débauche d'effets spéciaux, forcément fatigants à la longue. Le problème est que, faute de fond, ou peut-être de... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 05:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

14 juillet 2008

"Kung Fu Panda", Pixar peut dormir tranquille !

Ce ne sera décidément pas ce « Kung Fu Panda » qui relèvera le niveau de la production Dreamworks, à la ramasse depuis « Shrek 2 » : sur le canevas ultra-classique des films hong-kongais d’arts martiaux des années 70-80 (l’initiation du disciple peu doué jusqu’à l’acquisition de super-talents, puis le combat final contre le Big Boss réputé invincible), Dreamworks plaque l’habituel bestiaire Disneyien et balance les clichés gluants de la société US bien pensante (« être obèse n’empêche pas de se réaliser », ce genre de choses... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 23:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 juillet 2008

"Hallam Foe" de David MacKenzie

Etrange objet que ce "My Name is Hallam Foe", qui nous ballade entre obsessions hitchcockiennes (voyeurisme, travestissement et refoulement,... jusqu'au thème central de "Vertigo", la réapparition d'entre les morts et le sosie que l'on modèle à l'image de la défunte pour pouvoir l'aimer) et réalisme britannique (Jamie Bell dans le rôle principal n'a rien d'innocent, tant "Billy Elliott" semble trimballer avec lui son destin passé de future étoile !). Il faut certes pas mal de bonne volonté de la part du... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 juillet 2008

"Seuls Two" d'Eric et Ramzy

Il y a beaucoup de choses à aimer dans "Seuls Two" : d'abord, la brillante idée d'un monde vidé de ses habitants, transformé en scène spectaculaire pour un "two-men show" qui conduit logiquement Eric et Ramzy de l'affrontement à l'amour. Ensuite, l'humour dadaïste du duo, constamment en déséquilibre, fuyant les poncifs qui alimentent le mauvais comique "de société" français : cette finesse, entre Devos et Tati, qui tend souvent à l'abstraction, est d'ailleurs au final l'ennemi même de... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 05:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 juillet 2008

Sous le charme de "Bons Baisers de Bruges"

Mal "marketé" comme film parodique, voire grossier, "Bons Baisers de Bruges" joue au contraire la carte d'une mélancolie aussi ténue que tenace, n'utilisant l'humour que comme "politesse du désespoir" : s'éloignant de la pyrotechnie verbale d'un Tarantino - certains dialogues, ainsi que le plaisir évident des interprètes évoquent bien entendu son cinéma -, comme des facilités d'un Guy Ritchie - les bizarreries furieuses de la totalité des personnages, qui risquent de tirer le film vers un burlesque... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 06:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]