Les_Derniers_Jours_Du_Monde"Les derniers jours du monde" film catastrophe (la dernière, la finale) et catastrophique (l'un des films les plus ratés que j'aie vus depuis belle lurette) est à lui seul un désaveux de la très française politique des auteurs : que les Frères Larrieu aient réalisé voici quelques années un vrai chef d'oeuvre ("Un homme un vrai") ne saurait justifier l'indulgence, voire la complaisance critique envers un tel pensum. Si la première heure intrigue par son parfait décallage avec tous les codes et usages en matière de "film de fin du monde" comme de "polar métaphysico-érotique", le déprimant fatras de banalités que les Larrieu accumulent sur nous a vite raison de notre patience, et la seconde heure du film, aussi insignifiante que littéralement grotesque nous plonge dans l'impatience, et rapidement la rage. Sans la moindre idée de ce qu'ils veulent raconter, ni comment le faire, les Larrieu livre un non-film, interminable pensum d'une bêtise crasse, tout en devenant peu à peu franchement désagréable.