Alix_et_EnakJacques Martin serait donc mort le 21 Janvier 2010 ? Quelques jours seulement après Tibet ? J'ai du mal à y croire, sans doute parce que Jacques Martin a disparu de ma vie depuis quelques années, quand il a confié la suite des aventures de ses héros Alix et Lefranc à des équipes de techniciens peu inspirés. A partir de là, j'ai arrêté de les lire,... même si je savais bien depuis des années qu'on était arrivé "au bout du rouleau". Quand j'étais lycéen et latiniste, Alix était l'une des plus belles BDs qui soient, qui faisait magnifiquement vivre cette culture latine que nos professeurs ne rendait que plus morte. Je sais par exemple que, si je n'ai jamais autant aimé Astérix que beaucoup de mes contemporains, c'est parce que j'en voulais à Goscinny et Uderzo de ridiculiser ce monde magnifique de l'Empire romain que Martin, lui savait rendre flamboyant, mais aussi métissé, ouvert à toutes les influences, réellement "multi-culturel" : car, malgré le respect que je leur doit, Goscinny et Uderzo peignaient un monde étriqué, poujadiste, dans lequel "l'autre" et ses drôles de coutumes, était avant tout un objet de dérision (à moins qu'on lui donne des baffes...) pour les Gaulois (Français), avant de retourner festoyer bien tranquillement "entre eux", chez eux. Rien de ça chez Martin, pour qui l'autre est noble, mystérieux, parfois menaçant certes, mais toujours digne d'attention et de respect.

Alix_et_EnakReste le plus étonnant dans les livres de Martin, cette homosexualité latente (si inhabituelle pour l'époque), sans cesse brimée par le trait hiératique et par les scénarios austères qui refusent à ses héros le moindre moment de sensualité libératrice. Chez Martin, même les femmes étaient des garçons "déguisés", et il faut bien dire que cette obsession pour l'amitié masculine - par ailleurs bien en phase avec les univers guerriers qu'il décrit dans Alix- a fini par peu à peu m'éloigner des personnages des deux sagas...

Oui, Jacques Martin est mort. Et ce qui m'attriste le plus, bêtement, c'est que la plupart des gens à qui j'annonce la triste nouvelle, c'est l'image du répugnant animateur-guignol de l'Ortf qui vient à l'esprit... Je me console en me disant que, quelque part dans un univers parallèle au nôtre, Alix et Enak voguent toujours sur une galère flamboyante à la rencontre de quelque nouvelle civilisation à découvrir. Et qui sait, peut-être ont-ils enfin réussi à coucher ensemble ?