08 janvier 2009

"The Office (Version US) - Saison 1" : consternation...

Le premier sentiment qui nous envahit devant notre écran, à découvrir cette première saison de la version US de "The Office", c'est qu'on a presque affaire à un désastre : une simple copie des situations et des dialogues de la géniale série anglaise, interprétée par des acteurs choisis pour leur ressemblance avec les personnages originaux (sauf Carell, bien entendu !)… mais voilà, l'humour anglais, si corrosif et si brillant, n'a absolument pas supporté cette "américanisation" forcée, et on est plus... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 05:48 - - Permalien [#]
Tags : ,

07 janvier 2009

"Everything That Happens Will Happen Today" de David Byrne et Brian Eno

David Byrne et Brian Eno ont apporté tous deux, séparément et ensemble, une contribution tellement essentielle au rock qu'on ne pouvait que saliver à l'idée d'une nouvelle collaboration entre ces deux têtes non pas parlantes, mais chercheuses. La surprise est grande quand on réalise que "Everything That Happens Will Happen Today" est un disque qui recycle gentiment les découvertes passées de nos deux larrons, qui se sont - ils l'avouent naïvement - à peine rencontrés pour construire ce disque : on retrouve cette idée déjà... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 05:41 - - Permalien [#]
06 janvier 2009

Redécouvrir Douglas Sirk : "Tout ce que le Ciel Permet"

A force de s'accrocher au cliché que Sirk est "le roi du mélodrame", on se trouve légèrement désarçonné par le modernisme et la cruauté de ce "Tout ce que le Ciel Permet", qui analyse froidement le conformisme d'une société qui refuse aux femmes de plus de 40 ans le droit à une sexualité hors du mariage et des conventions, et qui montre que les enfants peuvent être les pires assassins de leurs parents. Du coup, ce film, lourdement sexué mais tout en non-dit (censure oblige), malgré son raffinement... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 06:41 - - Permalien [#]
Tags :
05 janvier 2009

"The Silence of Love" de Headless Heroes (avec Alela Diane) : insignifiance...

S'il n'y avait la participation de la voix divine d'Alela Diane, cette entreprise de retraitement légèrement "atmosphérique" de morceaux plus ou moins pointus d'auteurs plus ou moins connus n'aurait attiré l'attention de personne : on frôle l'insignifiance la plupart du temps, et le sous-mixage de la voix d'Alela, criminellement mal utilisée (à moins que la demoiselle elle-même se soit sentie peu inspirée en ces lieux !) n'aide pas. D'un ennui profond, quand il ne tombe pas franchement dans le contre-sens absolu (l'horrible... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 05:43 - - Permalien [#]
04 janvier 2009

Séance de rattrapage : "Invasion" de Olivier Hirschbiegel

L'extraordinaire (n'ayons pas peur des mots) thriller politique de Don Siegel, "l'Invasion des Profanateurs de Sépulture", a donc eu droit à son 3ème remake, pas le plus réussi, avouons-le. Bien dans l'air du temps, cette "Invasion" répare les éléments les moins crédibles du livre original et lui injecte un contexte politique (la Guerre en Irak) qui fait rapidement sourire par sa naïveté et sa prétention philosophico-new age (l'homme est mauvais, c'est pour cela qu'il est humain... Ouaaaaiiiiis !), ce qui nous va... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 05:50 - - Permalien [#]
Tags :
03 janvier 2009

L'intégrale "Michel Vaillant" - Vol. 1 - Classique ? Pas sûr !

"Michel Vaillant" a été l'un de mes plus fidèles compagnons dans ma tendre enfance, l'un de mes héros préférés du journal TINTIN auquel j'étais abonné depuis mon plus jeune âge (ce fut "le Fantôme des 24 heures" qui m'initia !), même si je ne développai jamais la même passion pour la course automobile que mon cousin, par exemple. Relire 50 ans plus tard les premiers "Michel Vaillant" a donc tout de la "madeleine de Proust", mais il faut reconnaître qu'on a un peu de mal à dépasser le stade de la... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 07:08 - - Permalien [#]

02 janvier 2009

"Largo Winch" de Jérôme Salle

L'adaptation de BDs au cinéma étant ce qu'elle est, soit un exercice des plus périlleux (on ne compte que quelques rares réussites, comme la série des "Spiderman", mais on est dans le domaine, moins complexe, du comic book), il faut reconnaître que "Largo Winch" est une vraie bonne surprise : pas de simplification du scénario - riche et passionnant, c'est la force de la BD - de Van Hamme (au contraire, on a rajouté un "twist" bien vu à celui, déjà excellent, de "L'hériter / Le Groupe W" !), un... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 06:31 - - Permalien [#]
Tags :
01 janvier 2009

"Monster 3" : les thèmes fétiches d'Urasawa...

Le 3ème coffret de "Monster" voit - enfin - l'apparition des dédales scénaristiques que Urasawa portera à un niveau d'incandescence absolu plus tard dans son "20th Century Boys", sans qu'il ait encore ici la puissance conceptuelle qui fera de ce dernier une oeuvre inoubliable. En l'état, et en acceptant l'inévitable dégradation "sensorielle" créée par la pauvreté de l'animation, raide et froide (on est loin du dynamisme du trait d'Urasawa), on peut se réjouir infiniment de la complexité de l'énigme à... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 06:58 - - Permalien [#]
Tags : , , ,
31 décembre 2008

"Live at Elland Road" : Kaiser Chiefs sont devenus grands, hélas !

Petit groupe finit par devenir grand... surtout lorsqu'il a le potentiel commercial de Kaiser Chiefs, sa science magistrale des hymnes punk-pop qui font irrésistiblement chanter en choeur et sauter de bas en haut ! Et on se retrouve donc à jouer dans un stade (Live At Leeds, comme les Who ! Sauf que Kaiser Chiefs sont les enfants du pays...), avec tout ce que cela comporte : son pourri, sacrifice de la moindre subtilité musicale restant dans une musique déjà largement primaire. Et il faut bien avouer que Ricky Wilson, même s'il court... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 05:58 - - Permalien [#]
Tags :
30 décembre 2008

"Le Bon, la Brute et le Cinglé" de KIM Jee-Woon

Inspiré du chef d'oeuvre de Leone (jusqu'au recopiage exact de certains plans du fameux duel à trois final !), "le Bon, la Brute et le Cinglé" est surtout un film "excessif", donc à la fois réjouissant et épuisant. Réjouissant parce que, en digne successeur des grands films de sabres des années 70, il se résume à une anthologie du mouvement, une célébration de la beauté de l'énergie, nous laissant en permanence émerveillés par la grâce de ces corps qui volent et tombent, et par l'imagination apparemment... [Lire la suite]
Posté par Excessif à 06:36 - - Permalien [#]
Tags :